IMAF - Institut des mondes africains


Accueil > Actualités > Soutenances

Musiques et musiciens en « pays mobongo ». Fondements musicaux et performatifs des dynamiques interethniques dans les monts du Chaillu (Gabon).

Soutenance de thèse de Magali De Ruyter
Sous la direction de Michael Houseman

18 janvier 2016 à 14h, Maison d’Archéologie et d’Ethnologie René Ginouvès (MAE), Salle 308 (3ème étage), 21, allée de l’Université, Université Paris Ouest Nanterre, 92000 Nanterre

Jury :
- Jean-Michel Beaudet, Professeur, Université Paris Ouest Nanterre
- Julien Bonhomme, Maître de conférences, Ecole Normale Supérieure
- Susanne Fürniss, Directrice de recherche, Muséum National d’Histoire Naturelle
- Michael Houseman, Directeur d’études, Ecole Pratique des Hautes Etudes
- Jerome Lewis, Professeur, University College of London
- Emmanuelle Olivier, Chargée de recherche, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales

Résumé :
Dans le sud du Gabon et le Congo limitrophe, les Pygmées Babongo constituent un groupe disséminé dont l’homogénéité demeure à démontrer. Ils ont jusqu’à récemment fait l’objet de peu d’investigations scientifiques, vraisemblablement en raison de leur apparente moindre adéquation avec les stéréotypes associés aux Pygmées en Afrique centrale. Fondée sur une ethnographie focalisée sur les monts du Chaillu, cette thèse contribue à leur meilleure connaissance.

Le partage, par ces Babongo, des institutions sociales et culturelles de leurs voisins non-pygmées Mitsogo et Masangu invite d’emblée à penser l’analyse en termes de relations interethniques. La thèse s’attache ainsi à caractériser la relation Pygmées/non-Pygmées, qui se distingue de la relation entre non-Pygmées par sa qualité foncièrement bivalente et asymétrique. Deux cadres d’analyse sont mobilisés à cette fin : le « pays mobongo » (sing. de babongo) et la musique principalement rituelle.

L’expression analytique « pays mobongo » souligne en termes géographiques le rôle central des Babongo dans la reproduction d’une société pluriethnique malgré leur statut de cadets sociaux. La musique, dont l’expertise est créditée aux Babongo, est envisagée comme un mode de communication articulant un contenu et une relation. Différentes échelles d’observation sont mobilisées : le matériau sonore et ses règles ; la performance ; la performance dans sa récurrence. Ce jeu d’échelles permet de considérer tant la production que la perception de la musique. Il interroge également en termes communicationnels les régimes de plasticité du changement musical.

La logique de la relation Pygmées/non-Pygmées émerge quant à elle du plan méta-communicationnel de la pratique musicale rituelle. L’analyse de cette dernière met en évidence les perspectives babongo et voisines sur la relation interethnique, ainsi qu’une analogie entre les relations Babongo/voisins et femmes/hommes. En outre, la bivalence caractéristique de la relation interethnique est suggérée comme relevant notamment de la co-adhésion des Babongo à deux systèmes normatifs. Il apparaît enfin que ce qui distingue les Babongo de leurs voisins les rapproche en définitive d’autres populations pygmées d’Afrique centrale.

Mots-clés :
musique – rituel – performance – circulation – relations interethniques – Pygmées – Gabon

La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes cordialement invités. Afin de faciliter son organisation, je vous remercie de bien vouloir me confirmer votre présence par mail : deruyter.m@gmail.com

plan_acces_mae_nanterre
plan_acces_mae_nanterre