IMAF - Institut des mondes africains


Accueil > Actualités > Rencontres

Langues en tension. Dire et penser l’islam en Afrique

Journée d’étude organisée par l’IMAF avec le soutien de l’EHESS et de la FMSH

Organisateurs :
- Rabia Bekkar, IRD / IMAF
- Gilles Holder, CNRS / IMAF
- Marie Miran-Guyon, EHESS / IMAF

Le 21 mars 2016
9h à 17h30

Lieu :
Maison Suger
16 -18 rue Suger
75006 Paris

Présentation :
La langue arabe est consubstantielle au dogme et à la pratique de l’islam, dans la mesure où la révélation du Coran s’est produite en arabe, langue coranique devenue arabe classique. Aussi sa récitation comme acte de foi et la prière canonique ne peuvent-elles s’accomplir en aucun autre idiome. Pourtant, plus d’un fidèle sur deux à travers le monde n’est pas arabophone, tandis que parmi les 242 millions de musulmans que compte l’Afrique subsaharienne, deux tiers d’entre eux accèdent à l’intelligibilité du message prophétique, à ses rites, à ses valeurs, à ses normes, et nourrissent des imaginaires sociaux et religieux au moyen d’autres langues que l’arabe.
La question des rapports entre langue arabe et langues vernaculaires en islam n’est pas nouvelle, tout comme le débat sur l’orthodoxie islamique qui argue du risque d’innovations blâmables (bid‘a) dans l’usage de langues autres que l’arabe, susceptibles de charrier des référents pré- ou non islamiques de l’Afrique. L’importance de cette question reste entière et fait, du reste, l’objet d’un intérêt académique renouvelé, dans le champ duquel s’inscrit cette journée d’étude. Parce que les langues vernaculaires deviennent un enjeu sociopolitique et identitaire fort pour les musulmans africains non arabophones — à tout le moins non lettrés en arabe classique —, les arabes dialectaux, le berbère, le wolof, le bambara ou le swahili tendent à être érigés en « langues de l’islam » à vocation régionale, tandis que l’anglais et le français sont de plus en plus requises comme « langues islamiques » de portée universelle.
Ces deux notions heuristiques, langues de l’islam et langues islamiques sur lesquelles nous nous proposons de débattre, ne réfèrent pas seulement à la manière dont les musulmans africains non arabophones parlent ou écrivent ; elles prennent aussi acte du fait que la diffusion de l’islam et les manières d’être et de se penser musulman se font de plus en plus en dehors de l’arabe.
Cette journée d’étude invite à deux principaux axes de réflexion. Elle interrogera en premier lieu les contextes du recours aux langues autres que l’arabe, qu’elles soient régionales ou globales, pour vivre et penser l’islam. Comment ces nouvelles langues du religieux se positionnent-elles vis-à-vis à la fois de l’érudition de langue arabe, de la culture europhone occidentale dominante et de l’autorité des normes sociales et linguistiques des États dans lesquelles elles s’inscrivent ? En second lieu, elle s’attachera à identifier les nouveaux usages linguistiques et rhétoriques en lice, à caractériser les formes innovantes de prosélytisme, tant orales qu’écrites, et à cerner les tensions et les clivages qu’elles génèrent : prêches dans ou hors des mosquées ; tafsîr actualisés et performatifs ; vulgarisation des contenus sur Internet ou dans des fascicules ; statuts, règlements et fatwâ rédigés selon la norme du droit positif ; conférences et médias ; ou encore dhikr chantés et rap prédicateur.

Programme_Langues-en-tension