Accueil > Actualités > Séminaires

Supports et circulation des savoirs et des arts en Afrique et au-delà

Séance du 27 mai 2016, de 11h à 13h, site Raspail
EHESS, salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris

- Christoph Singler, professeur à l’Université de Franche-Comté
Plaidoyer pour la monographie

Si de plus en plus d’artistes du Sud sont en train de devenir des global players du marché de l’art, la recherche se concentre encore trop sur les structures, réseaux, institutions et la dimension événementielle (Documenta, Biennales diverses, expositions collectives), reléguant les trajectoires individuelles au second plan. Le séminaire semble centré sur les stratégies des artistes eux-mêmes, il aborde ainsi une lacune dans la recherche. Je propose donc un plaidoyer pour la monographie.
J’y vois trois vertus principales : dans la mesure où la monographie conçoit l’œuvre en tant que "carrefour" – notamment lorsque l’artiste se trouve en situation diasporique ou naviguant entre deux voire trois mondes – elle permet de suivre au plus près les choix esthétiques que l’artiste croit ouverts à lui/elle ou qu’il a effectivement à sa disposition. Deuxièmement, la monographie peut constituer un sérieux correctif aux grands récits, postcoloniaux pour l’essentiel dans le domaine qui concerne le séminaire, si tant est que ces récits existent : l’extrême contemporain, dans ce domaine, manque de profondeur historique, au moins du point de vue des artistes n’étant pas issu(e)s des sphères où la globalisation de la scène artistique est impulsée et théorisée. Enfin, la concentration sur une seule œuvre, contrairement à ce que l’on pourrait croire, élargit l’horizon en ce que les relations entre les différentes sphères s’y multiplient et se complexifient.
J’utiliserai Chika Okeke : Postcolonial modernism. art and decolonization in 20th Century Nigeria, Duke University Press, 2015 ; Sylvester Ogbechie : Ben Enwonwu. The making of an African modernist, University of Rochester Press, 2008 ; Salah M. Hassan, Cheryl Finley : Diaspora, place, memory, Prestel 2004 ; Lisa Freiman, Okwui Enwezor : Maria Magdalena Campos Pons. Everything is separated by water, Yale University Press 2008 ; et le catalogue de l’exposition Wifredo Lam, Paris 2015-16. On pourra ainsi obtenir une vue d’ensemble des différents niveaux qui s’offrent à l’étude monographique.

En savoir plus sur le séminaire