IMAF - Institut des mondes africains


Accueil > Actualités > Divers

Création de l’Institut des mondes africains (IMAf)

L’Institut des mondes africains (IMAf) existe depuis le 1er janvier 2014. Il est le produit de la fusion de trois unités : le Centre d’études des mondes africains (CEMAf), le Centre d’études africaines (CEAf), et le Centre d’histoire sociale de l’islam méditerranéen (CHSIM). Les chercheurs de ces trois centres se sont depuis deux ans puissamment investis dans ce projet commun, qui doit permettre à chacune des équipes de se dépasser pour créer une nouvelle unité au rayonnement national et international, ainsi qu’une meilleure visibilité des études africaines.

L’IMAf est placé sous l’autorité de six tutelles, le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), l’Institut de recherche pour le développement (IRD), l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), l’École pratique des hautes études (EPHE), l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et l’Université Aix-Marseille (AMU). Il est porteur du Groupement d’intérêt scientifique (GIS) « Etudes africaines en France », et doit rejoindre en 2018 le futur campus Condorcet au sein du PRES HESAM.

L’IMAf, laboratoire à vocation pluridisciplinaire, regroupe des historiens, des anthropologues, des sociologues, des politistes et des archéologues autour de six axes de recherche centrés sur l’Afrique et ses diasporas :
- « Fabrique et circulation des savoirs »,
- « Mondialisations africaines dans la longue durée et globalisation »,
- « Pouvoirs, espaces, mémoires (frontières, mobilisation et dissidence, violence, conflits) »,
- « Dynamiques religieuses, représentations, expériences »,
- « L’art du politique, le politique de l’art »,
- « Genre, corps, subjectivités ».

L’IMAf est structuré en quatre sites (Malher, Raspail, Ivry, Aix-en-Provence), qui accueillent locaux de recherche, de séminaires et d’enseignements, pour lesquels l’accent est mis sur la transversalité et la complémentarité entre disciplines.Il accueille de très nombreux étudiants de master et de doctorat dans toutes ses disciplines. La Bibliothèque de recherche africaine (BRA), située sur le site Malher, met à disposition de ses lecteurs un des plus grands fonds européens d’ouvrages sur l’Afrique, ainsi que d’importants fonds d’archives issus des travaux de terrains des chercheurs.