Accueil > Actualités > Rencontres

Le son et la voix

Journée d’études
GDR 3357 Image et anthropologie

Le 29 mai 2017
de 9h30 à 18h

EHESS, salle de réunion de l’IMAF
2e étage
96 Bd Raspail,
75006 Paris

PROGRAMME :

Matin :

9H30 Accueil des participants

- 9h35
Baptiste Buob (CNRS, LESC UMR 7186)
S’entendre parler avec la voix de l’autre. La pratique du commentaire chez Jean Rouch : quelques indices du côté du théâtre.
Dans un texte de 1995, Jean Rouch relate s’être nourri d’une expérience théâtrale personnelle lors de l’enregistrement du commentaire du film Les Maîtres fous. Partant de cette évocation en apparence anecdotique, il s’agira de commencer à interroger l’influence des pratiques scéniques sur l’oeuvre de Jean Rouch et sa façon singulière de pratiquer le commentaire.

- 10h15 QUESTIONS-RÉPONSES

- 10h25
Pierre Boccanfuso (CNRS)
Les contraintes institutionnelles sur la forme des films documentaires de recherche.
Des contraintes institutionnelles imposées par les directeurs de programme de chaînes télévisées à la créativité non bridée du film de recherche diffusé lors de festivals. Du formatage télé avec commentaire et voice-over au sous-titrage et à la réhabilitation des voix des autochtones.

- 11h05 QUESTIONS-RÉPONSES

- 11h15
Corinne Fortier (CNRS, LAS UMR7130)
Rythme sons-images et voix singulières dans “24 heures dans la vie de Diane” et
“Marjatta l’éblouie”.

Le son est un élément essentiel des films de Corinne Fortier parce que la parole y est
fondamentale, non seulement par ce qui est dit mais aussi par le comment : la singularité de la voix de la personne filmée avec sa tonalité, son accent, ses émotions, son débit, son énergie, sa respiration ainsi que la voix en arrière-plan qui interroge. La question du rythme entre l’image et le son au montage doit donc s’analyser. Enfin le mixage, qui permet d’agir sur la parole et le son, ouvre des perspectives d’évocation multiples qui seront développées à partir de l’analyse d’extraits des deux films “24heures de la vie de Diane” (15mns, 2014) et “Marjatta l’éblouie” (52 mns, 2017).

- 11h55 QUESTIONS-RÉPONSES

- 12h05
Jean-Christophe Monferrand (CNRS, IIAC)
Sons et voix de la fête.
Carnavals, défilés : dans la rue, les sons de la fête dans la rue mêlent divers types de
musiques et de chants, mais aussi des pétards, des coups de fusil... qui se déploient, se combinent ou se concurrencent pour former un espace sonore spécifique . L’espace de la fête est aussi l’arène de conflits. L’occupation de cet espace, par définition invisible, pose ainsi des questions de hiérarchisation des types de sons, de leur légitimité, et dévoile un système de valeurs souvent inaperçues. Cette communication s’appuie sur différents
terrains : le Nouvel an chinois à Paris, mené avec Jing Wang et deux terrains secondaires : La Fête Nationale du Vodun et la marche du repentir à Ouidah au Bénin (Gaetano Ciarcia) et les Carnavals occitans et catalans (Haut-Vallespir, Limoux...).

- 12h45 QUESTIONS-RÉPONSES

- 12h55 Pause Déjeuner

Après-midi :

- 14h15
Caterina Pasqualino (Cnrs, IIAC)
Des fictions sonores.
Comment travailler les séquences documentaires en associant à des images une bande sonore narrative qui en transforme le sens ? Des exemples seront pris dans ma pratique filmique ainsi que dans le cinéma de Jean-Marie Straub et Danièle Huillet ainsi que chez Marguerite Duras. Cette méthode sera débattue dans la perspective de son application en anthropologie visuelle.

- 14h55 QUESTIONS-RÉPONSES

- 15h05
Jean Paul Colleyn (EHESS, IMAF)
Le traitement créatif du son dans le cinéma du Réel .
Le documentaire, au cours de sa construction comme genre cinématographique, s’est fortement appuyé sur un certain purisme de l’image : l’image documentaire s’est souvent revendiquée comme moins manipulée que l’image de fiction. En revanche, le son a fait très tôt l’objet d’un traitement créatif, ouvrant sur la poésie, l’essai littéraire. Dès 1926, avec un film comme « Rien que les heures », un réalisateur comme Alberto Cavalcanti assortissait la bande image d’une bande son extrêmement sophistiquée.

- 15h45 QUESTIONS-RÉPONSES

- 16h05
Marie Ducellier (EHESS, IMAF, étudiante)
La voix et le personnage.
Chronique d’un été incarne la révolution technique de l’enregistrement en son synchrone. Désormais, le cinéma balaye les lieux et les personnages allant de la parole de rue aux paroles introspectives. Comment Jean Rouch et Edgar Morin mettent-ils en scène une telle diversité d’existence par la voix ? Nous étudierons les formes cinématographiques capables d’élever la voix au rang de personnage principal.

- 16h45 QUESTIONS-RÉPONSES

- 16h55
Alfonso Castellanos (EHESS/IMAF, doctorant)
Ambiances sonores et dimensions discursives dans la pratique musicale : restitution
empirique, fil narratif et jeux de montage.

L’objectif de cette communication est de présenter une ébauche de montage qui cherche à trouver un « équilibre juste » entre l’image, la musique et la voix de quelques musiciens avec qui A. Castellanos a travaillé dans le cadre de sa recherche doctorale. Celle-ci porte sur les phénomènes d’appropriation culturelle que l’on observe dans les musiques
populaires de la ville de Bobo-Dioulasso (Burkina Faso).

17h35 – 18h QUESTIONS-RÉPONSES et conclusion