Accueil > Recherche > Archives des séminaires > 2017-2018

Indexicalités langagières et sociales

Séminaire organisé par Sandra Bornand, chargée de recherche au CNRS (LLACAN), Alice Degorce, chargée de recherche à l’IRD (IMAF), Cécile Leguy, professeur à l’Université Sorbonne-Nouvelle (LACITO).

Année universitaire : 2017 / 2018
Périodicité : Un jeudi par mois.
- En France : De 11h à 13h
- Au Burkina Faso : de 9h à 11h GMT pour les séances d’octobre, avril et mai / de 10h à 12h GMT pour les séances de novembre à mars.
Localisation : CNRS, salle de visioconférences, 7 Rue Guy Môquet, 94800 Villejuif
Calendrier : Du 5 octobre 2017 au 17 mai 2018.

Présentation :
Notion classique en linguistique, en particulier à travers l’étude de la déixis (depuis Bar-Hillel, 1954), l’indexicalité a été mise en valeur en anthropologie par les travaux des ethnométhodologues (Dodier, 2001) en tant que propriété du langage (ou pratiques signifiantes non verbales) pour marquer la référence au monde en contexte et pour faire sens. On peut, en suivant Michael Silverstein (2003), distinguer deux sortes d’indices : ceux qui sont dépendants du contexte (par exemple, les déictiques) et ceux qui créent le contexte, présupposant ou entraînant – pour employer les termes de Silverstein – des relations et/ou des situations sociales particulières. Nous nous intéresserons dans ce séminaire à la manière dont les rapports sociaux se manifestent dans l’indexicalisation à partir des usages du langage étudiés en situation et d’analyses ethnographiques fines des différents types de performances (littérature orale, cultures populaires, discours politiques ou religieux, rituels, langages musicaux et gestuels) et des modes de communication (direct ou médiatisé, par exemple l’usage des nouvelles technologies telles que les téléphones portables ou internet). Analysant les mécompréhensions d’un échange en contexte ethnographique, Fabian (2000 : 88) met par exemple en valeur comment l’interprétation peut parfois se heurter à un point d’achoppement qui révèle la globalité de la situation dans sa complexité. Nous interrogerons ainsi l’indexicalité en tant que révélatrice de rapports sociaux, qu’ils soient de domination ou égalitaires, conflictuels ou non, mais aussi à tout ce qui, dans les usages langagiers, peut être source d’incompréhension ou de mauvaise interprétation.

CONTACT :
alice.degorce(at)ird.fr, cecile.leguy(at)gmail.com, s.bornand(at)bluewin.ch

PROGRAMME :

2017

- 05 octobre Kristin Vold Lexander (Center for Multilingualism in Society across the
Lifespan, Oslo) : « Indexicalités à l’oral et à l’écrit - exemples sociolinguistiques ». Exceptionnellement à la Maison de la recherche de l’université Sorbonne Nouvelle, salle Athèna.

- 9 novembre Bertrand Masquelier (Lacito, Villejuif) : « Indexicalités et contextualisations pragmatiques : les domaines (et objets) de recherche en anthropologie linguistique »

- 7 décembre Maho Sebiane (Centre de Recherche en ethnomusicologie UMR 7186 LESC, Centre Français d’Archéologie et de Sciences Sociales USR 3141 CNRS) : « Pratique rituelle, discours et indexicalité : Réflexions préliminaires au croisement de l’anthropologie musicale et de l’histoire en Arabie orientale »

2018

- 15 février Alain Sanou (Université Ouaga I Professeur Joseph Ki-Zerbo, Ouagadougou) : « Indexicalités dans la littérature orale insurrectionnelle au Burkina Faso »

- 15 mars Nathaniel Gernez (Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
(Lesc) UMR-7186) : « Travailler en famille dans une pépinière de la région d’Iringa en Tanzanie : usages du plurilinguisme et indexicalité des rapports d’autorité »

JE-programme_indexicalites


- 05 avril JOURNÉE D’ÉTUDE, autour des travaux d’Elinor Ochs et d’Alessandro Duranti (UCLA)

- 17 mai Stavroula Katsiki (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis) : SÉANCE ANNULÉE