Accueil > Actualités > Séminaires

Anthropologie comparative du Sahel occidental musulman

Séance du 7 février 2018, 15h à 17h
IMAF / Site Raspail, salle de réunion, 2e étage, 96 bd Raspail 75006 Paris

- Ibrahima Poudiougou (Ecole de Gouvernance et D’Economie de Rabat (UM6P) et département Culture, Société et Politique, Université de Turin)
Conflits pour et autour du foncier agricole à Djenné, dans le delta intérieur du Niger au Mali

Le delta intérieur du Niger est envahi en saison des crues du fleuve (de juillet à décembre) par des milliers de riziculteurs appartenant aux divers groupes sédentaires comme les Bamanan, les Bobo, les Marka, les Somonos et les Dogons. A la faveur de la décrue (à partir de décembre) ces mêmes superficies accueillent des milliers de bovins et d’ovins qui y sont conduits par les pasteurs Peuls attirés par l’abondance des pâtures et particulièrement le bourgou. Ces cours d’eau sont également le domaine de prédilection des pêcheurs, les Bozos. Ces trois activités façonnent la vie des habitants de la région dont ceux de la ville de Djenné. Les pressions anthropiques liées à l’augmentation de la population (passant de 11 792 habitants en 1987 à 207 260 habitants en 2009) et les changements climatiques, notamment la sècheresse des années 1970-80 bouleversent les modes de vie des populations et imposent des adaptions aux populations deltaïques. Dans un tel contexte, les terres agricoles sont convoitées par tous. Les formes de répartition et de gouvernement des ressources (en fonction de l’appartenance à des groupes ethniques dont l’ossature se fonde sur le dualisme noble/servile) héritées de l’empire peul du Macina continuent d’inspirer les formes de gestions des terres agricoles, des parcours pastoraux et des pêcheries. Cette ethnographie restitue des enquêtes menées à Djenné entre juillet 2016 et septembre 2017 sur ces conflits fonciers.

En savoir plus sur le séminaire