Accueil > Actualités > Soutenances

Ethnicités en miroir. Constructions sociales croisées de la blanchité et de l’africanité au prisme des mobilités touristiques et migratoires vers le Sénégal

Soutenance de thèse de Hélène Quashie
Directeur de thèse : Jean-Loup Amselle

Le 17 septembre 2018, à 14h, EHESS (Salle 7), 105 boulevard Raspail, 75006 Paris.

Jury :
- Jean-Loup Amselle (Directeur de thèse), EHESS
- Nancy L. Green (Codirectrice), EHESS
- Saskia Cousin, Université Paris-Descartes
- Anne Doquet, IRD
- Eric Fassin, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis
- Mahamet Timéra, Université Paris Diderot Paris 7

Résumé :
À partir de six terrains d’étude menés dans plusieurs régions du Sénégal (Petite Côte, Saloum, Saint-Louis, Sénégal oriental et Dakar), cette thèse explore l’articulation différenciée des enjeux de classe et de race dans des contextes de mobilités et de migrations issues d’Europe et d’Amérique du Nord. Les trajectoires, pratiques et modes relationnels enquêtés sont liés au tourisme balnéaire et culturel, à l’entrepreneuriat individuel en situation post-touristique, à des mobilités pour étude, et aux parcours professionnels du volontariat et de l’expatriation. Ces configurations sociales mondialisées, souvent inscrites dans des champs de recherche dissociés, favorisent l’analyse croisée de la construction de deux ethnicités, la blanchité et l’africanité, conçues comme notions emic et etic. Leurs productions socio-identitaires se déploient, se croisent et se répondent, selon des mécanismes récurrents de hiérarchisation de classes et de confrontation raciale à l’échelle des interactions individuelles et des dynamiques collectives. Elles font aussi écho à des logiques de stratification et de sélection sociale, intrinsèques à la société sénégalaise, qui vont au-delà du marqueur chromatique et se combinent à des représentations culturalistes et ethniques. Les échelles socio-historiques, les asymétries de classe transnationales, les identifications religieuses, phénotypiques et genrées, présents dans les contextes de mobilités et migrations étudiés, soulignent la valeur heuristique des catégorisations identitaires de la blanchité dans les processus de classification sociale, racialisée et ethnicisée, au regard des définitions plurielles de l’africanité. Analyser ces mécanismes d’assignation et de distinction dans une société africaine telle que le Sénégal permet également de penser la question postcoloniale au cœur des ambivalences du champ social et invite à interroger la positionnalité des chercheur.e.s dans la pratique ethnographique et la production des savoirs sur l’Afrique.

Mots clés :
blanchité, africanité, racialisation, ethnicité, classe, migration, tourisme, expatriation, Sénégal, Europe, Amérique du Nord