Accueil > Actualités > Ailleurs

9 décembre 1948 - 9 décembre 2018 : ce que la Convention sur le crime de génocide a changé

MANIFESTATION ANNULÉE
La probable fermeture, dimanche, après la fermeture certaine, samedi, du quadrilatère historique des Archives nationales à Paris, où doivent se dérouler le matin du 9 décembre les conférences "9 décembre 1948-9 décembre 2018 : ce que la Convention sur le crime de génocide a changé", nous oblige malheureusement à prendre une décision douloureuse mais responsable, à savoir annuler ces conférences et les reporter à la fin du printemps, au même lieu, avec les mêmes orateurs (voir plus bas le programme). Nous nous en excusons vivement, Françoise Banat-Berger, directrice des Archives nationales et moi-même, en espérant que vous en comprendrez les raisons de prudence légitime.

Vincent Duclert
Directeur du Centre d’études sociologiques et politiques Raymond-Aron




À l’occasion de la réception de son Rapport par les ministres de l’Education nationale et de la Jeunesse, et de l’Enseignement supérieur, de Recherche et de l’Innovation (le 4 décembre), et de la commémoration du 70e anniversaire de l’adoption par les Nations Unies à Paris de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide (le 9 décembre), la Mission d’étude en France sur la recherche et l’enseignement des génocides et des crimes de masse, installée auprès du CESPRA pour l’enseignement supérieur, organise ou co-organise des manifestations scientifiques à Paris ouvertes au public.

Le 9 décembre 2018 avec les Archives nationales (9h30-13h) :

Site de Paris des Archives nationales,
Palais de Soubise,
60 rue des Francs Bourgeois,
75004 Paris

Conférences organisées par les Archives nationales et la Mission d’étude en France sur la recherche et l’enseignement des génocides et des crimes de masse.

  • Présidence et conclusion : Ornella Rovetta (chercheuse post-doctorante, Université libre de Bruxelles)et Emmanuelle Sibeud (professeure à l’Université Paris 8 - IDHES)
  • Introduction par Françoise Banat-Berger, directrice des Archives nationales (sous réserves) et Vincent Duclert, président de la Mission d’étude en France sur la recherche et l’enseignement des génocides et des crimes de masse.

PROGRAMME :

- 10h00-10h25
Valentina Calzolari, professeure à l’Université de Genève
Le génocide des Arméniens de l’Empire ottoman

- 10h25-10h50
Marion Veyssière, conservateur en chef aux Archives nationales, responsable du département de la Justice et de l’Intérieur aux Archives nationales
Les sources pour l’étude de la Shoah : l’engagement des Archives nationales

- 10h50-11h15
Hélène Dumas, chargée de recherche au CNRS, IHTP
Le génocide des Tutsi du Rwanda

- 11h15-11h40
Discussion suivie d’une pause

- 11h40-12h05
Yves Ternon, président du Conseil scientifique international pour l’étude du génocide des Arméniens
Le droit pénal international transformé

- 12h05-12h30
Richard Rechtman, directeur d’études à l’EHESS
Faire droit aux victimes et à leurs narrations

- 12h30-13h
Discussion et conclusion