Accueil > Actualités > Séminaires

Les arts en Afrique et dans ses diasporas : pratiques, savoirs, mobilités

Séance du 14 mars 2019, 19h30 à 21h30
Cité de l’Architecture et du Patrimoine, La Plateforme, 7 avenue Albert de Mun, 75016 Paris
Métro Iéna ou Trocadéro

- Hamedine Kane
« Le Devenir Révolutionnaire Permanent »

Résumé :
Le point de départ du projet de l’artiste dont il sera question dans cette intervention est l’espace partagé – de rues, de plages, de marchés dans des villes telles Dakar, Bombay ou Calais. Tout s’y trouve dans un processus de migration et de devenir constant. Processus qui, dans bien des cas, devrait nous inciter à la contestation, voire à la révolte. Certes, dans la plupart des cas, la révolution « finit mal » ; ce n’est pas pour autant une raison de cesser d’être en opposition. Bien au contraire : à l’évidence, c’est d’un « devenir révolutionnaire permanent » qu’il est besoin. Ces réflexions sont abordées ici dans le sillage de penseurs comme James Baldwin, Joseph Zobel, Camara Laye, Ta-Nehisi Coates ou Cheikh Anta Diop. Tous traitent de sujets graves, de revendications politiques et sociales, de révolte(s). Ce faisant, ils préparent leurs lecteurs à faire face au monde qui vient. Inquiets, face à l’urgence, ils s’adressent aux jeunes esprits futurs. Hamedine Kane a acheté des exemplaires de leurs livres, objets de seconde main, auprès de vendeurs ambulants – des enfants pour la plupart, qu’il a croisés à Dakar et dans d’autres capitales africaines. La majorité d’entre eux ne savent ni lire ni écrire. Cependant, ils entretiennent avec l’objet livre un rapport profond, touchant, mystérieux. Arpentant l’espace urbain avec des piles d’ouvrages qu’il s’est procuré auprès d’eux, l’artiste spécule. Son activité – de lecteur, de marcheur – consiste à anticiper ce qui peut arriver d’un moment à l’autre, afin de nous préparer à ce monde qui vient.

Hamedine Kane est un artiste-réalisateur mauritanien-sénégalais. Il vit et travaille à Bruxelles. Au cours des deux dernières années, son travail s’est centré sur les sujets de l’exil et de l’errance. En 2018, il entame une nouvelle série sur l’héritage, la mémoire et les futurs intitulée Le devenir révolutionnaire permanent. Il s’y inspire des écrits qui ont accompagné les luttes et les combats des Noirs à travers l’histoire et qui continuent d’influencer les nouvelles générations. Hamedine Kane est diplômé de l’Institut JP Lallemand de Bruxelles et de l’IUT Nanterre Paris X. En 2017, il est lauréat du prix Ouaga Film Lab pour son projet À l’ombre d’Elimane.

En savoir plus sur le séminaire