Accueil > Annuaire

FOUÉRÉ Marie-Aude

Maîtresse de conférences à l’EHESS
Membre du site Raspail de l’IMAF
Anthropologie
Contact

Thèmes de recherche

Identité, mémoire, nationalisme, archives

Terrains

Tanzanie, Zanzibar

Enseignements

- 2017-2018
Anthropologie politique de la mémoire
Actualité de la recherche en Afrique de l’Est : textes et terrains
Séminaire international des anthropologues

Responsabilités

- Membre du comité de rédaction des Cahiers d’études africaines
- Membre du comité de rédaction de Politique africaine et responsable de la rubrique Revue des Livres
- Membre du comité de rédaction des Presses universitaires de Strasbourg
- Membre du conseil scientifique de l’IMAF
- Membre du conseil pédagogique de la formation en Ethnologie et anthropologie sociale de l’EHESS
- Membre du conseil scientifique du GIS-Afrique / Etudes africaines en France
- Membre du conseil de la formation de PSL
- Responsable du programme IFRA/MAE sur les élections générales de 2015 en Tanzanie (2015-2016)

Publications récentes

Ouvrages
- 2017 (à paraître, avec William C. Bissell), Social Memory, Silenced Voice, and Political Struggles : Remembering the Revolution in Zanzibar, Dar es Salaam : Mkuki na Nyota.
- 2015 (eds) Remembering Julius Nyerere in Tanzania : History, Legacy, Memory, Dar es Salaam, Mkuki na Nyota.
- 2014 (eds) avec C. Thibon, S. Mwangi et M. Ndeda, Kenya’s Past as Prologue : Voters, Violence and the 2013 Election, Nairobi, IFRA, Twaweza & Heinrich Böll.
- 2014 (eds) avec J. Lafargue, S. Makara et S. Perrot, Elections in a Hybrid Regime : Revisiting the 2011 Ugandan Polls, Kampala, Fountain Publishers.

Articles / chapitres d’ouvrages
- 2017, « Malaise monumental, inconfort commémoratif : Zanzibar et sa Tour de la Révolution », Cahiers d’études africaines, 227 (3), pp. 583-618.
- 2016, « L’affiche électorale : art, stratégie et matière à politique. La Révolution, l’opposition et les élections de 2015 à Zanzibar », Politique africaine, 144, pp. 115-134.
- 2016, « La généalogie des récits de l’esclavage à Zanzibar : Histoire contestée et patrimoine controversé au marché aux esclaves », in Ambivalences patrimoniales au Sud. Mises en scène et jeux d’acteurs, D. Juhé-Beaulaton, D. Guillaud, Y. Girault, M.C. Cormier-Salem, Paris, Karthala-IRD, pp. 183-198.
- 2016, « Film as Archive : Africa Addio and the Ambiguities of Remembrance in Zanzibar », Social Anthropology/Anthropologie sociale, 24 (1), pp. 82-86.
- 2015 (avec Cyrielle Maingraud-Martinaud), « Une hégémonie compétitive contre vents et marées : les élections générales de 2015 en Tanzanie et à Zanzibar », Politique africaine, 140, pp. 145-163.
- 2015 (avec Hervé Maupeu), « Une nouvelle Afrique de l’Est ? Introduction thématique », Afrique Contemporaine, 253, pp. 14-35.
- 2015, (avec Lotte Hughes) « Heritage and memory in East Africa today : a review of recent developments in cultural heritage research and memory studies », Azania : Archaeological Research in Africa, 50(4), pp. 542-558.
- 2015, « Engagez-vous, rengagez vous dans les études sur le swahili d’aujourd’hui ! », Cahiers d’études africaines, 219, pp.581-601.
- 2015, « Indians are exploiters and Africans idlers ! The production of racial categories and socio-economic issues in Tanzania », in Michel Adam (ed.), Indian Africa, Dar es Salaam : Mkuki na Nyota.
- 2014 « Recasting Julius Nyerere in Zanzibar : The Revolution, the Union and the Enemy of the Nation », Journal of Eastern African Studies, 8 (3), pp.478-496, dossier spécial “His Eternity Julius Nyerere ? Politics, morality and subjectivities in Tanzania”.
- 2014 « Julius Nyerere, Ujamaa and Political Morality in Contemporary Tanzania », African Studies Review, 57 (1), pp.1-24.
- 2013, « Julius Nyerere à Zanzibar : père ou ennemi de la nation », Vingtième Siècle, 118 (2), pp.61-73, numéro spécial “Héros nationaux et pères de la nation en Afrique”.
- 2013 (avec Hélène Charton), « Introduction : Héros nationaux et pères de la nation en Afrique », Vingtième Siècle, 118 (2), pp.3-14.

Parcours de recherche

Marie-Aude Fouéré est anthropologue et travaille sur la Tanzanie en Afrique de l’Est. Elle a enseigné comme moniteur vacataire à l’Université Paris 1 (2002-2004) puis ATER à l’Ecole (2008-2010) avant d’être chercheure à l’Institut français de recherche en Afrique (IFRA) de Nairobi au Kenya de 2011 à 2014. Sa thèse, soutenue à l’Ecole en 2004 sous la direction de Jean-Loup Amselle, a porté sur un objet classique de l’anthropologie, « les relations à plaisanteries » (publié en 2008). Marie-Aude Fouéré a mené un post-doctorat sur les populations du sous-continent indien immigrées de longue date en Afrique de l’Est, déplaçant ainsi son regard de la production de l’ethnie à la production de la race. Les rapports entre mémoire, identité et pouvoir sont au cœur de ses recherches. Deux thèmes sont explorés depuis dix ans : les mémoires collectives du père de la nation tanzanienne, Julius Nyerere, qui, manipulées comme des langages politiques, participent à la production d’un récit national ou de contre-récits de la nation qui conjuguent l’ethnie, la race, et l’autochtonie ; les mémoires collectives et les réécritures de l’histoire d’un événement historique, la Révolution de 1964 à Zanzibar, traitées du point de vue des enjeux identitaires qu’elles activent, de leur association aux imaginaires locaux de la nation, et des supports scripturaires et visuels qui les rendent possible. Les enseignements de Marie-Aude Fouéré à l’Ecole, depuis 2014, interrogent cette trilogie mémoire, identité et pouvoir à partir d’une réflexion sur la mémoire et l’archive.