Home > News > Séminaires

Les arts en Afrique et dans ses diasporas : pratiques, savoirs, mobilités

Séance du 23 mai 2019, 19h30 à 21h30
Villa Marie Vassilieff, Chemin de Montparnasse, 21 avenue du Maine, 75015 Paris

- Nadia Yala Kisukidi, maîtresse de conférences, Université Paris 8
« Laetitia africana »

Résumé :
Dans ce séminaire, j’aimerais prolonger une ensemble de réflexions entamées lors de la première édition des Ateliers de Dakar en 2016, organisés par Achille Mbembe et Felwine Sarr, sous le titre « Laetitia africana ». Sous ce terme, il s’agissait avant tout d’analyser les ressorts d’une praxis politique créatrice entrelacée aux expériences de la violence et de l’effondrement (situation coloniale, para-coloniale), sans être minée par elles. Ces analyses s’appuyaient sur une bibliothèque littéraire, philosophique, théologique consacrée aux vies noires, africaines et diasporiques, et produites par elles, tout au long du XXe siècle. 
Ici, j’aimerais analyser plus spécifiquement certaines de ces voix, de ces écritures et interroger la manière dont elles entrelacent la question de la noirceur et le problème politique de la solidarité. Solidarités africaines et diasporiques. Solidarités intra-diasporiques (mondes carribéens, africains-européens, africains-américains…). Solidarité avec les mondes non-noirs. Et à travers ces entrelacements, j’aimerais examiner spécifiquement comment le nom « noir » a été produit théoriquement.
Comment penser la noirceur ? Faut-il partir de l’expérience originaire du trauma pour penser, en soi, un être noir ? Existe-t-il même un "être" noir ? Comment rendre phénoménologiquement compte des expériences, certes partagées mais disparates, des diasporas noires devant la terreur raciale ? En s’appuyant particulièrement sur les écrits césairiens, cette réflexion tentera d’esquisser une compréhension de la noirceur en rupture avec les ontologies de la douleur, et par suite avec une forme de mélancolie théorique qui rattache exclusivement les écritures noires aux expériences insurmontables du deuil, de la défaite, de la perte.

Bio :
Nadia Yala Kisukidi est maîtresse de conférences en philosophie à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, membre du Laboratoire d’études et de recherches sur les logiques contemporaines de la philosophie (LLCP). Elle a publié de nombreux articles sur les philosophies françaises et africana, et prépare actuellement un ouvrage sur la question noire (à paraître en automne 2019).

En savoir plus sur le séminaire