IMAF - Institut des mondes africains


Accueil > Recherche > Archives des séminaires

Pour une anthropologie critique des religions et du genre en Afrique : doctrines, discours et pratiques

Séminaire organisé par Rabia Bekkar (chargée de recherche IRD), Silvia Bruzzi (postdoctorante IMAF/Institut Émilie du Châtelet), Alice Degorce (IRD/IMAF), Gilles Holder (CNRS/IMAF), Frédérique Louveau (postdoctorante IRD), Marie Miran-Guyon (EHESS/IMAF), Kadya Tall (IRD/IMAF), Tal Tamari (CNRS/IMAF).

Périodicité  : 1er et 3e mercredis du mois de 15 h à 17 h
Localisation  : EHESS, IMAF, salle de réunion, 2e étage, 96 bd Raspail 75006 Paris
Calendrier  : Du 7 janvier au 3 juin 2015. Séance supplémentaire le 24 juin (même salle)

Présentation

Ce séminaire interrogera cette année encore la production des discours et les pratiques religieuses liées au genre. Les séances seront organisées autour de trois questionnements, articulant dimensions théoriques et empiriques.

Le premier a trait aux négociations autour des révisions du Code de la famille et des personnes qui se sont succédées depuis une dizaine d’années dans un certain nombre de pays africains. Il s’agira tant de questionner les tensions et les enjeux internes les entourant que de rendre compte des doctrines, des idéologies et des opinions religieuses qui tendent à percevoir ces révisions comme une forme de domination culturelle de l’Occident.

Le deuxième aspect part d’un constat : alors que les bailleurs de fonds et les organisations internationales font pression pour une plus grande égalité entre hommes et femmes, leur séparation, voire la remise en cause de la mixité, semble de plus en plus souvent marquée, faisant appel à des façons spécifiques de penser et de vivre les rapports sociaux de sexe. Il s’agira d’en examiner les références historiques, culturelles et religieuses, leur circulation et leur réception.

Enfin, on interrogera l’autorité religieuse dans ses rapports au genre : enseignement et acquisition des savoirs religieux, accès des femmes à l’autorité religieuse, mouvements de revendications ou d’émancipation, etc.

Les exposés privilégieront une perspective comparative, à partir du contexte africain et de ses diasporas.