Accueil > Actualités > Ailleurs

Collection "Guinée Equatoriale"

- Histoire de l’île d’Annobón (Guinée Equatoriale) et de ses habitants du XVe au XIXe siècle, Tome I, Ed. l’Harmattan et Association France-Guinée Equatoriale, 2014, 346p.
- Les Annobonais, un peuple africain original (Guinée Equatoriale, XVIIIe-XXe siècles), Tome II, Ed. l’Harmattan et Association France-Guinée Equatoriale, 2014, 232p.

Valérie de Wulf est une historienne archiviste française qui se consacre depuis plusieurs années à l’histoire de la Guinée équatoriale. Dans le cadre de la collection Guinée équatoriale, elle a décidé de publier sa thèse doctorale soutenue à l’E.H.E.S.S., ainsi que le résultat de ses recherches dans les fonds français d’archives, afin de collaborer avec l’association France-Guinée Équatoriale à mieux faire connaître ce pays inconnu des Français.

La Guinée équatoriale est un pays constitué de terres continentales, mais aussi de plusieurs îles. Annobon est l’une d’entre elles. Elle est la plus isolée du golfe de Guinée. Découverte par les Portugais à la fin du XVe siècle, elle est peuplée par leurs soins au milieu du XVIe siècle. Bien qu’éloignée des côtes, sa position stratégique, à la croisée des routes maritimes européennes des épices et de la traite négrières, fait que ses habitants connaissent un destin très agité. Escale ponctuelle de rafraîchissements, elle est connue des marins expérimentés jusqu’à la fin du XIXe siècle. Elle est l’objet de convoitises de différentes puissances européennes avant de devenir officiellement, pour les Occidentaux du moins, une colonie espagnole à la fin du XVIIIe siècle. Mais l’histoire des Annobonais ne s’arrête pas là : il y a une autre histoire qu’il fallait écrire, qui transparaît dans les documents d’archives, celle d’un peuple qui se libère du joug colonial et de l’esclavage dès le début du XVIIIe siècle et qui trouve le moyen de résister aux différentes tentatives européennes de le conquérir. Ce n’est que par l’intermédiaire de la religion catholique, car les Annobonais sont très pieux, que les Espagnols parviendront à imposer progressivement leur colonisation à la fin du XIXe siècle. Ce travail historique est enrichi d’un volet plus anthropologique, qui permet de découvrir cette société très originale, et méconnue dans notre pays.