IMAF - Institut des mondes africains


Accueil > Recherche > Archives des séminaires > 2014-2015

Mémoire et écriture dans les débuts de l’Islam

Séminaire de Houari Touati, directeur d’études à l’EHESS.

Année universitaire 2014/2015
Périodicité : Lundi de 15 h à 17 h
Localisation : Site Raspail / IISMM, salle de réunion, 1er étage, 96 bd Raspail
Calendrier : Du 3 novembre 2014 au 18 mai 2015

Présentation :
Comment la culture religieuse de l’islam a-t-elle donné naissance à une culture profane ? Comment l’une et l’autre sont-elles devenues littérature, alors que la religion dont elles procèdent est issue d’une parole vivante ? Mais d’abord : pourquoi l’existence d’un instrument graphique, attestée depuis le IVe siècle, ne les a-t-elle affectées, à l’origine, que partiellement ? Et s’il est vrai que les conséquences de la literacy ne se manifestent pas du jour au lendemain, pourquoi l’écriture ne commence-t-elle à en modifier les conditions de production et de transmission qu’autour de 750, soit plus d’un siècle après la naissance de l’islam ? Ces questions intéressent la sociolinguistique et l’anthropologie cognitive, mais aussi l’histoire de l’écrit. Elles pointent les raisons pour lesquelles, à la fin du VIIIe siècle, l’islam devient à la fois une culture de la littérature et une culture de la traduction, permettant à ses livres de proliférer dans des proportions rarement observées dans le monde pré-moderne. Dans un cas comme dans l’autre, la connexion avec la Grèce antique est décisive. Le séminaire se propose d’en étudier les caractéristiques et de démêler les ramifications multiples et complexes qui ont conduit à la fabrique de l’une des plus grandes cultures graphiques.