IMAF - Institut des mondes africains


Accueil > Actualités > Séminaires

Supports et circulation des savoirs et des arts en Afrique et au-delà

Séance du 13 mars 2015, 11h à 13h
Site Raspail, salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris

- Marta Amico, chercheure post-doctorale
Un patrimoine au prisme du conflit. Les musiques maliennes entre enjeux nationaux et labels mondialisés

Résumé :
L’imaginaire du Mali en fait le berceau d’une authenticité musicale au cœur de l’Afrique. Par conséquent au déclenchement d’un conflit armé en 2012, les attaques aux bibliothèques, mausolées, instruments de musique, musiciens du Nord du pays reçoivent une forte attention médiatique, qui rappelle au monde la valeur d’un « patrimoine menacé » (UNESCO). Cette médiatisation des violences a comme effet « secondaire » de mettre un phare sur certains formats de production musicale, musiciens, festivals, qui actualisent leurs messages bénéficiant de plus d’écoute et de reconnaissance.
Ma communication décrira ces pratiques de spectacularisation du conflit qui retournent ses images négatives en facteurs de renouvèlement esthétique et social, et interrogera les rôles que l’on prête à la musique dans l’imagination d’une forme de réconciliation politique.

- Alfonso Castellanos, doctorant IMAF
Le paysage musical à Bobo-Dioulasso (Burkina Faso) : Réseaux de circulation, influences et appropriations culturelles dans une ville cosmopolite

Résumé :
Située à cheval entre le Mali et la Côte d’Ivoire, Bobo-Dioulasso se présente comme un carrefour sous-régional ayant une configuration culturelle très particulière par rapport au reste du Burkina Faso. Pôle artistique et musical d’importance majeure dans le pays, elle accueille une ample diversité d’expressions musicales locales, régionales et internationales qui cohabitent et se mélangent produisant des résultats inédits. Dans cette communication je me concentrerai sur la musique islamique zikiri, nouvelle tendance musicale qui dans la dernière décennie a commencé à s’écarter du milieu des medersas et des confréries soufies pour s’installer dans la scène des ambiances populaires des quartiers de la ville. Calqué sur les styles musicaux mandingue et bamana, et incluant parfois des reprises de mélodies du coupé-décalé ivoirien, ce nouveau genre musical apporte des pistes avantageuses pour la compréhension de l’évolution des musiques populaires en Afrique de l’ouest.

En savoir plus sur le séminaire