Accueil > Actualités > Séminaires

Histoire sociale de l’Afrique orientale, de la mer Rouge et de l’océan Indien, XIXe-XXe siècles : archives, mémoires et circulations

Séance du 17 avril 2015, 15h à 18h
EHESS, salle 015, RdC, bât. Le France 190-198 av de France 75013 Paris

- Valérie Golaz (INED-CEPED) et Claire Médard (IRD-URMIS)
Migrations et environnement dans la région du lac Albert (Ouganda) : Comment des informations localisées (recensements, presse, enquêtes de terrain) mettent en lumière les transformations en cours

Résumé :
Cette étude se rattache à une recherche collaborative et pluridisciplinaire sur les mobilités et l’accès aux ressources dans la région du lac Albert, à la frontière de l’Ouganda et de la RDC, à l’aube de la production pétrolière. Dans cette perspective, l’ambition de cette recherche est de mettre en lumière des continuités et des ruptures politiques, économiques, démographiques et sociales. En complément des enquêtes menées dans ce cadre avec une approche qualitative, nous avons explorés plusieurs filons et sources documentaires : presse et recensements, à la recherche d’une information très localisée sur la population et l’environnement, les dynamiques de fronts pionniers et la déforestation. Notre parti pris méthodologique est de varier les sources pour produire différents niveaux d’analyse et pour combiner les approches. La première réalisation a été la cartographie précise des densités de population et son évolution. Celle-ci a permis de dresser un état des lieux, de faire apparaître la variété des situations locales et de dessiner des tendances. La deuxième approche consiste à choisir des études de cas précis pour évoquer les acteurs et les stratégies qui font et défont ces situations, confortent ou contredisent ces tendances.

- Guillaume Blanc (Musée du Quai Branly)
Écrire l’histoire environnementale contemporaine de l’Éthiopie : insignifiance, abondance et richesse des sources

Résumé :
Cette présentation s’intéresse à l’écriture de l’histoire environnementale contemporaine de l’Éthiopie. Elle se focalise sur l’histoire du parc national des montagnes du Semen, des années 1960 au temps présent. Lois, règlements, rapports d’activité, programmes d’aménagement, récits scientifiques, correspondance entretenue par les professionnels de la nature, documentation touristique et études paysagères éclairent le façonnement institutionnel, idéel et matériel du parc national du Simien. Seulement, ces sources représentent un corpus d’environ 100 000 pages. Loin de l’avarie documentaire à laquelle les historiens de l’Afrique médiévale et moderne sont souvent confrontés, cette présentation s’intéresse alors à l’abondance à laquelle doit parfois faire face l’historien du contemporain et du domaine public : si chacune des sources collectées s’avère insignifiante en tant que telle, le croisement de plusieurs milliers de documents archivistiques et imprimés s’avère riche en informations. Reste alors à dépasser « l’effet de surprise – ou de torpeur – que provoque la lecture de la littérature onusienne, ou de tout autre discours de type “gestionnaire” » (Gilbert Rist, Les mots du pouvoirs, IUED, 2002).

En savoir plus sur le séminaire