Accueil > Actualités > Appels

Le théâtre dans les Grands Lacs (République Démocratique du Congo, Rwanda, Burundi) : état des lieux, circulations et médiations

Appel à communications

Dans le cadre d’un Colloque international en deux volets :
- UNILU, Lubumbashi, 10-11 novembre 2015, à l’occasion de la quinzième édition du festival « Le Temps du théâtre » de Lubumbashi.
- ISP – Institut Supérieur Pédagogique - Bukavu, le 30 juin 2016.
Organisé par : l’École de Théâtre de Lubumbashi de l’UNILU et l’ISP Bukavu.
En partenariat avec :
- CATHEL, Centre d’Animation Théâtrale de Lubumbashi
- UNILU, Université de Lubumbashi
- CELTRAM, Centre d’Études Littéraires de Traitement des Manuscrits
Dans le cadre du programme CRELIM : Congo Récits Littérature Images (U. de Lorraine, Metz).

ARGUMENTAIRE :
Loin de l’image de ville enclavée qu’on lui prête parfois, Lubumbashi, « dernier bastion francophone » aux portes de l’Afrique australe, se trouve, en réalité, aux confins de plusieurs Afriques. Effectivement liée à l’Afrique du Sud (et aux Rhodésies voisines d’hier), elle est aujourd’hui, sur un plan économique comme sur le plan culturel et artistique, connectée à la capitale, Kinshasa, mais également, quoique différemment, à l’Est : le Kivu, le Rwanda et le Burundi. Puisque la ville fête cette année la quinzième édition de son festival de théâtre annuel, organisé par le CATHEL, « Le Temps du Théâtre », c’est l’occasion d’interroger la place que son théâtre occupe dans l’espace national, mais surtout régional, au sein de cet espace politique divisé qu’est l’Afrique des Grands Lacs, région que nous limiterons, pour les besoins de notre travail, à la RD Congo, au Burundi et au Rwanda.
Par-delà les différends et les tensions politiques persistantes entre ces trois pays voisins, leur création artistique présente de nombreux traits communs, à commencer par les deux langues qu’ils ont en partage : le français et le swahili. S’y ajoute une histoire artistique commune qui débute au cours de la période coloniale, lors de l’amorce d’institutionnalisation de la scène théâtrale (et des spectacles, en général) par l’autorité coloniale belge qui était aussi, au Rwanda et au Burundi, l’autorité mandataire. Aujourd’hui encore, ces pays ne partagent pas seulement un espace géographique façonné par les lacs et les collines et uni par les relations commerciales ou autres, mais aussi, et paradoxalement peut-être, un espace désuni par les conflits qui ont marqué l’histoire récente et dont les séquelles se font encore sentir. Cette histoire innerve les fictions qui s’écrivent aujourd’hui dans la région, tant dans le domaine de la littérature narrative écrite et dans la poésie que dans celui des arts de la scène. Conséquemment, l’on pense également à la progression constante du paradigme humanitaire dans la création théâtrale (et dans les arts de la performance, plus généralement) mais aussi aux modes de coopération culturelle et artistique que chacun de ces pays développe, en convergence avec les autres. Il semble en effet que les artistes du Congo – principalement ceux de l’Est du pays : Katanga, Kivu, Province orientale – s’appuient sur les mêmes réseaux que leurs confrères du Rwanda et du Burundi puisqu’ils se retrouvent fréquemment sur les mêmes lieux : festivals, séminaires de formations et autres workshops. La proximité géographique ne peut sans doute à elle-seule expliquer cette convergence : l’histoire aussi, et le besoin de cautériser certaines blessures, pourraient jouer.

Procédure :
Les propositions de communications, d’une longueur maximale de 500 mots et accompagnées d’une courte bio-bibliographie, sont à envoyer par mail au comité d’organisation, aux adresses suivantes :
- Fabien Kabeya Mukamba : kabeyafaho@yahoo.fr
- Maëline Le Lay : m.le.lay@sciencespobordeaux.fr
- Jean-Claude Makomo Makita : makimakomo@yahoo.fr

Date-limite d’envoi des propositions : 15 juin 2015.

AAC Colloque théâtre Gds Lacs