IMAF - Institut des mondes africains


Accueil > Publications > Ouvrages

Afrique en présences. Du monde atlantique à la globalisation néolibérale

Jean-Pierre Dozon, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, Paris, juin 2015, 200p.

Constamment revient le stéréotype d’une Afrique dépourvue d’histoire, d’écriture, de capacité de développement, absente des grands mouvements économiques et technologiques de la globalisation en cours.
À rebours d’une telle image négative, ce livre s’emploie à mettre en avant les multiples présences de l’Afrique, à commencer par celle qui en a fait, en de nombreux domaines, une composante de premier plan de la fabrication de la modernité occidentale.
Revisitant ainsi un demi-millénaire d’histoire tourmentée avec l’Europe, en particulier les entreprises coloniales de la fin du XIXe siècle, il montre en quoi cette modernité fut largement interculturelle et comment l’Afrique, par le fait de ne pas avoir subi passivement la domination européenne, a inventé très vite la sienne et participé à de grands courants d’idées internationaux tels que le tiers-mondisme et le panafricanisme.
Revenant également sur la période récente, faite à la fois de crises et de violences en tout genre, des intérêts que lui manifestent désormais d’autres puissances que celles qui l’ont colonisée et de dynamismes économiques, démographiques, religieux et artistiques, ce livre fait découvrir une Afrique singulièrement baroque, bien plus en phase que l’on ne croit avec son époque et les turbulences du monde.

Jean-Pierre Dozon est anthropologue, directeur de recherche émérite à l’Institut de recherche pour le développement (IRD). Auteur d’une dizaine d’ouvrages, notamment L’Afrique à Dieu et à Diable. États, ethnies et religions (Ellipse, 2008), Les clefs de la crise ivoirienne (Karthala, 2011) et Saint-Louis du Sénégal. Palimpseste d’une ville (Karthala, 2012), il a travaillé principalement en Afrique de l’Ouest, sur des questions de développement, de santé, sur les problèmes ethniques, sur les entremêlements du politique et du religieux, ainsi que sur les relations franco-africaines et sino-africaines. Il est également directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), membre de l’Institut des mondes africains (IMAF) et directeur scientifique de la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH).

Sommaire

PROLOGUE – L’Afrique en kaléidoscope
Une hantise réciproque
Déplacer la question de la modernité en Afrique vers celle d’une modernité redéfinie par l’Afrique.

I – LE GRAND MOMENT MODERNE DE L’AFRIQUE SUBSAHARIENNE
La modernité en forme de panafricanisme
Construire des Etats-Nations : une entrée cardinale dans la modernité.
Une moderne épistémè : les mots et les choses du développement.

II – LA COLONISATION REVISITEE
La colonisation en forme de productions textuelles et d’africanismes.
La modernité coloniale en question
La colonisation comme empire de la tradition
L’époque coloniale comme époque baroque

III – L’AFRIQUE EN PARANGON DES MONDES CONTEMPORAINS
Le redoutable défi des indépendances africaines : devoir tout faire en même temps.
Une Afrique exposée au cours néolibéral du monde.
Le temps des indépendances en prolongement d’une époque baroque
Une Afrique Tout-monde
Comme un air d’art contemporain

EPILOGUE – LE PROJET INACHEVÉ DU PANAFRICANISME