Accueil > Publications > Ouvrages

Relire Yves Person. L’Etat-nation face à la libération des peuples africains

Textes réunis par Charles Becker, Roland Colin, Liliane Daronian et Claude-Hélène Perrot, Paris, IMAF - Présence Africaine, 2015, 463 p.

Yves Person, né en 1925, historien, professeur à l’Université Paris I, Panthéon–Sorbonne, est décédé brutalement en 1982, laissant une oeuvre de première importance. Artisan résolu d’une « histoire africaine de l’Afrique », selon l’expression de Georges Balandier, il s’y est engagé en donnant la parole aux acteurs de l’histoire, dans leur contexte social et leur culture. Il rompait ainsi avec l’historiographie coloniale, marquée par l’idéologie de l’État-nation coupé des peuples. Son oeuvre majeure, Samori, une révolution dyula, (1968, 1970, 1975), en a été l’expression internationalement reconnue.

De nombreux écrits, articles de revues, actes de colloques, dont l’accès est souvent malaisé, ont éclairé bien au‐delà son apport scientifique et ses engagements militants.

À la suite d’un colloque international consacré à son oeuvre, tenu à Paris en juin 2013, Présence Africaine, invitant à « Relire Yves Person », présente une sélection de textes importants rassemblés par un groupe éditorial scientifique, qui rejoint au plus vif les problèmes du présent, à l’heure où se cherchent de nouveaux équilibres entre les identités sociales et culturelles et la solidarité mondiale.

Table des matières

Remerciements, p. 5
Note des éditeurs, p. 6
Portrait d’Yves Person, par son fils, Joël Person, p. 7
Préface, Yves Person, historien en lutte par Georges Balandier, p. 9-12
Avant-propos. Yves Person historien de l’Afrique engagé dans son temps. Paroles de compagnon et enseignements
d’un héritage par Roland Colin, p. 13-24
Yves Person et la renaissance des cultures et des sociétés africaines par Christophe Wondji, p. 25-38
Yves Person, historien de l’Afrique engagé dans son temps : des textes fondateurs, p. 39-46

Ouverture, p. 47
Pourquoi l’Afrique et pourquoi Samori ?
Samori : exposé de soutenance de la thèse d’Yves Person, p. 49-62
Un texte fondateur : le modèle français de l’État-nation
La France incréée, p. 63-75

Première partie. Des questionnements nouveaux
Le modèle de l’État-nation et son imposition à l’Afrique
, p. 77
Les contradictions du nationalisme étatique en Afrique noire, p. 79-99
La France et l’Afrique noire : histoire d’une aliénation, p. 101-125
Histoire de l’Afrique noire depuis l’Indépendance, p. 127-156
L’Afrique noire et ses frontières, p. 157-179
Eus ar c’holonisañ galleger d’an newez-kolonialism, p. 180-185
Du colonialisme francophone au néo-colonialisme, p. 186-190

Deuxième partie. L’impérialisme linguistique, p. 191
Langue et pouvoir, p. 193-206
Impérialisme linguistique et colonialisme, p. 207-229
Langues africaines et décolonisation, p. 231-242
Mort des langues africaines ?, p. 243-248

Troisième partie. La démocratie et le développement à partir des peuples :
socialisme et défense des nationalismes
, p. 249
Réflexions sur Marx et le socialisme africain, p. 251-273
Idéologie et histoire sud-africaines, p. 275-307
Les syndicats en Afrique noire, p. 309-331
Race, nation et classe : la question nationale dans le Parti Communiste d’Afrique du Sud (1921-1932),
p. 333-357
Pour un socialisme des peuples dans la Corne de l’Afrique, p. 359-381
L’OUA ou une décennie d’épreuves pour l’unité, p. 383-411
État et nation en Afrique noire, p. 413-434
Bibliographie des travaux d’Yves Person, p. 435-459

Note sur les auteurs, p. 461

Table des matières, p. 462-463