Accueil > Actualités > Soutenances

L’État pour parent ? Une anthropologie des violences conjugales et des centres publics d’hébergement en Turquie

Soutenance de thèse de Berna Ekal
Directeur de thèse : Michel Agier
Le 14 décembre 2015, 9h, IMAF, salle de réunion, 2è étage, 96 bd Raspail, 75006 Paris

Jury :
- Michel Agier, EHESS
- Marc Aymes, CNRS
- Benoît Fliche, CNRS
- Laurence Hérault, Université d’Aix-Marseille
- Verda Irtis, Université de Galatasaray (Turquie)
- Nükhet Sirman : Université du Bosphore (Turquie)

Résumé :
Cette thèse montre que, du fait que les centres d’hébergement en Turquie sont des institutions publiques, les résidentes les envisagent comme des espaces où l’État se substitue à leur famille pour les prendre en charge lorsque celle-ci fait défaut. Autrement dit, en s’appuyant sur la définition de Bourdieu de l’État, qu’il définit comme « le nom que nous donnons aux principes cachés, invisibles – pour désigner une sorte de deus absconditus – de l’ordre social, et en même temps de la domination à la fois physique et symbolique comme de la violence physique et symbolique »,le sens de ce nom est une « famille protectrice » du point de vue des résidentes et les employées des centres publics d’hébergement spécifiques aux femmes. Dans cette perspective, les études sur les centres d’hébergement, qui se concentrent principalement sur la question de la prise d’autonomie des femmes, ne suffisent pas pour envisager le point de vue de leurs résidentes ni à concevoir la complexité des relations dans les centres publics d’hébergement en Turquie. Pour expliquer cette complexité, nous montrons qu’une observation des relations entre l’État, la parenté et la famille est nécessaire.

Mots-clés :
Turquie, les violences contre les femmes, État, parenté, féminisme, centres publics d’hébergement