Accueil > Actualités > Soutenances

Prospérité et barbarie. Système économique et violence dans deux colonies françaises au XIXè siècle (La Guyane et La Réunion)

Soutenance de thèse de Denis Lamaison
Directeur de thèse : Elikia M’Bokolo
Le 1er décembre 2015, 14h, IMAF, salle de réunion, 2è étage, 96 bd Raspail, 75006 Paris

Jury :
- Myriam Cottias, directrice de recherche au CNRS
- Jean-François Klein, maître de conférences HDR à l’université de Nantes
- Claire Laux, professeure à Sciences-po Bordeaux
- Elikia M’Bokolo, directeur d’études à l’EHESS
- Frédéric Régent, maître de conférences à l’université Paris1

Hubert Gerbeau, maître de conférences à l’université Aix-Marseille (pré rapporteur, ne figure pas dans le jury)

Résumé :
Cette thèse est une étude critique de la notion de prospérité dans deux colonies françaises au XIXe siècle (la Guyane et l’île de La Réunion) au regard des conditions de vie et de travail de la main-d’œuvre (esclaves, affranchis, engagés, bagnards). Elle met en parallèle les discours des élites sur la mise en valeur des colonies avec les violences subies par ces hommes et femmes (violence physique, manque de nourriture et de soin, etc.). Nous interrogeons ainsi le fait que les planteurs ne cessèrent jamais de demander de nouveaux travailleurs, sans pour autant chercher à les maintenir en bonne santé. Nous revenons également sur la posture des colons et de l’administration s’évertuant à défendre un système économique dont ils reconnaissaient pourtant l’échec. Cette étude questionne notamment la réalité du développement de ces colonies et la pertinence de ce concept eurocentré. Elle s’intéresse enfin à l’écriture de l’histoire qui, dès le XIXe siècle, oublie les victimes de l’esclavage et de la colonisation dans l’élaboration du mythe de la prospérité coloniale.

Mots-clefs :
Bagne, colonisation, crise, plantation, écriture de l’histoire, engagisme, esclavage, Guyane, île Bourbon, île de La Réunion, prospérité, travailleur, violence.