Accueil > Actualités > Séminaires

Violences

Séminaire de l’IMAF-Aix, « Anthropologie et histoire : dialogues et confrontations ».

Jeudi 16 janvier 2020, de 14h à 17h
salle Paul-Albert Février
Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH)
Jas-de-Bouffan à Aix-en-Provence

- Jacky Bouju (AMU, IMAF)
Les Peuls et l’enchevêtrement des conflits dans les seeno du Centre Mali et du Nord du Burkina Faso

La rébellion peule qui sévit actuellement dans les plaines sablonneuses du Seeno-Gondo au centre Mali et du Seeno-Mango au nord du Burkina Faso, trouve son origine dans une série de crises indépendantes mais qui se renforcent mutuellement. Je proposerai dans cet exposé une analyse qui articule d’une part, la crise structurelle des modes de production agro-pastoraux – une crise de longue durée aujourd’hui aggravée par le dérèglement climatique qui affecte l’accès aux ressources agropastorales en terres et en eau – et d’autre part, la crise conjoncturelle et politique liée aux conséquences délétères de la rébellion touarègue et à l’effondrement politique de l’État malien en 2012, puis de l’État Burkinabè en 2014. Cet ensemble a pour conséquence une violence extrême, entretenue par les attaques djihadistes et la rébellion peule dans toute la région.

- SImon Imbert-Vier (IMAF)
Violences et affrontements à Djibouti : de la conquête au Barrage (années ’30-années ’70)

La colonisation française à Djibouti, petit territoire désertique où les principaux enjeux sont stratégiques (routes maritimes coloniales et commerce de l’Éthiopie), est habituellement présentée comme pacifique, car elle n’a pas connue les violences coloniales les plus marquées comme la répression d’insurrection, le travail forcé, les spoliations foncières… Cependant, la période coloniale a connu de nombreux moments violents, en particulier pour affirmer la domination exercée sur les populations dites « indigènes » du territoire. Cette communication s’articule autour de deux épisodes particulièrement significatifs d’affrontements, caractérisés par une coercition institutionnelle et une forte violence : la conquête du territoire dans les années 1930, et le Barrage érigé autour de la ville de Djibouti dans les années 1970.

Voir le programme général du séminaire.