Accueil > Actualités > Appels

Pratiques financières numériques des entrepreneurs de l’informel urbain en Afrique subsaharienne

Appel à candidatures

Missions

Votre rôle est d’effectuer un travail de thèse, sur les pratiques financières numériques des entrepreneurs de l’informel urbain en Afrique subsaharienne.

Contexte :
Faiblement industrialisées, les économies d’Afrique subsaharienne se caractérisent par la prégnance d’un large secteur informel hétérogène, constitué de petites entreprises faiblement capitalisées, souvent peu performantes, mais générant une bonne partie de l’activité économique et l’essentiel de l’emploi (De Vreyer et Roubaud, 2013). Parmi les obstacles auxquels sont confrontées ces entreprises, les difficultés d’accès au financement formel sont souvent citées (Farazi, 2014).
La diffusion rapide et massive du mobile en Afrique subsaharienne au cours des 10 dernières années, ouvre de nouvelles possibilités pour les entrepreneurs de l’informel (Berrou, Mellet, 2020). Avec la généralisation des services de paiement mobile (mobile money), il leur est possible de recevoir ou d’effectuer des paiements, de payer des factures à distance ou encore de mettre de l’argent de côté, autant de tâches fortement contraintes dans des économies faiblement bancarisées où les transactions reposent exclusivement sur le cash. Proposés entre autres par les opérateurs mobiles, les services de mobile money servent aujourd’hui de support au déploiement d’offres de crédit, bousculant les acteurs bancaires traditionnels. Les populations non bancarisées, évoluant le plus souvent dans le secteur informel, sont aujourd’hui perçues comme une clientèle potentielle pour ces acteurs évoluant à l’articulation des nouvelles technologies et de la finance formelle.
Les entrepreneurs informels s’emparent-ils de ces nouveaux services, et si oui, comment ? Quelles sont leurs pratiques financières numériques ? Celles-ci sont-elles susceptibles de contribuer à leur meilleure inclusion financière et au développement et/ou à la modernisation de leur activité ?

Etat de l’art :
L’irruption du mobile dans les pays en développement a suscité de nombreuses recherches académiques. Dans le vaste corpus de travaux s’intéressant aux « technologies de l’information et de la communication pour le développement » (ICTD), les activités économiques informelles et le fonctionnement des marchés occupent une place de choix (Berrou et al., 2020). Symétriquement des travaux se sont intéressés à l’impact du déploiement de services de mobile money sur le niveau de vie des ménages, principalement dans les régions rurales du Kenya (Jack et Suri, 2014).
En revanche, un gap de connaissance est à combler au croisement de ces deux domaines : la question de l’usage du mobile money et du positionnement des nouveaux services financiers dans un large spectre de pratiques financières formelles et informelles est peu abordée dans les études sur le secteur informel, en particulier en milieu urbain.

Objectif scientifique :
L’objectif de la thèse est de cerner les pratiques financières des entrepreneurs de l’informel en Afrique subsaharienne dans un contexte de foisonnement d’offres et d’acteurs.
Il s’agira plus précisément d’apporter un éclairage socio-économique sur les usages, besoins, contraintes, verrous en termes de pratiques financières et sur la place qu’occupent les services financiers mobiles et leurs conséquences sur la performance de l’activité et les conditions de vie des entrepreneurs de l’informel.
La thèse conduira à des travaux innovants, des résultats inédits, susceptibles de faire l’objet de publications scientifiques originales et de qualité, et de recevoir l’intérêt de publics multiples intéressés par la compréhension du fonctionnement des sociétés des pays en développement.
Pour Orange, la thèse nourrira également les équipes travaillant sur la conception de services innovants (services financiers par exemple) pour l’Afrique répondant aux besoins des entrepreneurs et plus généralement aux besoins des populations.
Un des enjeux pour mener à bien la thèse sera de bâtir une méthodologie adaptée nécessitant l’identification et l’accès aux terrains et aux bases de données existantes, qui constitueront les matériaux empiriques du travail de recherche. Travailler avec un laboratoire académique disposant de compétences / réseaux / moyens adaptés sera indispensable pour mener à bien la recherche.

modalités de candidature

 Les candidat.e.s intéressé.e.s doivent postuler en ligne avant le 31/05/2020
 Les candidat.e.s retenu.e.s à l’issue d’une première sélection sur CV et lettre de motivation seront invité.e.s à rédiger un projet de thèse de 5 pages qu’ils/elles présenteront à l’occasion d’un entretien (début juillet).
 Sélection finale : mi-juillet 2020
 Recrutement et démarrage de la thèse : oct. 2020

Contacts :
fabienne.gire@orange.com
kevin.mellet@orange.com

AAC_These-CIFRE-Orange