Home > In the headlines

In memoriam Nathalie Archinard

Nathalie Archinard est devenue secrétaire-gestionnaire du SPAN (Systèmes de pensée en Afrique noire) en 1993, après avoir été durant cinq ans secrétaire des directeurs scientifiques adjoints du département des Sciences Humaines et Sociales au siège du CNRS.

Au sein de cette petite équipe qu’était le SPAN, dans ce milieu de la recherche où on se donne facilement de l’importance, et où on se braque inutilement en transformant des contrariétés en crises, Nathalie a été pendant de longues années une source de stabilité joyeuse. Travailleuse et volontaire, souvent à sa façon mais toujours avec bonne humeur, elle trônait tranquillement dans un bureau devenu également lieu de rencontre, garderie d’enfants pour ses fils Alex et Rémi que nous avons vus grandir, réserve de chocolats et autres sucreries, et salle de jeux en ligne. Sa grande liberté d’esprit, associée à une disponibilité souriante envers les autres et envers la vie en général, lui donnait une force impressionnante tout en la rendant extrêmement attachante. Jamais envieuse, elle se réjouissait toujours du bonheur et du succès des autres.

Ses fonctions se sont élargies quand le SPAN s’est associé à d’autres laboratoires pour devenir le CEMAF en 2006, puis quand, en 2014, le CEMAF est lui-même devenu l’IMAF. Sa charge de travail en tant que gestionnaire principale s’était alourdie, mais elle était restée la même, accueillante et enjouée. La maladie cependant avait commencé à faire son œuvre, et nous l’avons vue moins souvent, mais nous avions toujours la même joie de la voir reparaître de loin en loin, les traits tirés mais toujours souriante.

Elle s’est éteinte dans la nuit du 18 au 19 mai, à 56 ans, après un long combat mené avec le soutien de ses fils, dont le plus jeune vient d’avoir 18 ans.

Elle aura su mener courageusement sa barque, avec grâce, originalité et gentillesse, dans une vie jalonnée d’épreuves, assumant jusqu’à la fin sa capacité de choisir ce qu’elle estimait de valeur.

Dominique Casajus, Michael Houseman, Éric Jolly, Véronique Lautier, Marianne Lemaire