Accueil > Actualités > Séminaires

Anthropologie et historicité : le Sahel à l’envers

Séance du 10 décembre 2020 de 16 à 19h
Visioconférence
Lien pour rejoindre la visio :
https://zoom.univ-paris1.fr/j/99750455271?pwd=a3dkUEpGWW04bGFyUWd3eEh3SG5HUT09
ID de réunion : 997 5045 5271
Code secret : 689810

  • Dynamiques politiques en temps de crise à Bamako

- Partisans et électeurs face-à-face dans les campagnes électorales post-coup d’État à Bamako (2013-2016)

Laure Traoré (CESSP/Paris 1)

En dehors des activités de campagne destiné au grand public (meetings, émissions et spots de campagne audio-visuels), les partis politiques mènent aussi des activités de proximité dans des espaces privés, en groupe restreint ou dans des relations individuelles. Ces dernières peuvent prendre la forme de porte-à-porte, de rencontres à domicile avec des électeurs ordinaires, ou dans des lieux privés avec des représentants d’associations. Les interactions en face-à-face entre les entrepreneurs de mobilisation et les électeurs au cours de plusieurs campagnes électorales permettent d’analyser certains registres de la mobilisation et vecteurs de la politisation pendant les élections qui ont eu lieu à la suite du coup d’État et de la crise politique et sécuritaire de 2012-2013.

- Nationalisme, politisation et ascension sociale dans les associations de jeunes ressortissants du Nord du Mali à Bamako (2016-2019)

Marianne Saddier (CESSP/Paris 1)

Alors que certains jeunes ont choisi de prendre les armes pour la rébellion indépendantiste du MNLA, qui sont ces jeunes du Nord du Mali qui déploient le drapeau malien dans leurs réunions dans les établissements d’enseignement supérieur de la capitale ? En prenant au sérieux les rêves d’ascension sociale de jeunes qui se pensent comme de futures élites, cette communication analyse les processus de politisation et les formes de « nationalisme ordinaire » à l’œuvre dans des associations de jeunes ressortissants du Nord à Bamako dans les années suivant le déclenchement de la crise, en insistant sur la place qu’occupent les grands cadres de l’Etat à la fois dans la vie concrète des associations et dans l’imaginaire du pouvoir de leurs membres.

En savoir plus sur le séminaire