Accueil > Recherche > Séminaires et ateliers

Retour aux sources ? Le New Age au sud dans une perspective globale, ou le néo-paganisme en question

Séminaire de Agnès Kedzierska-Manzon, directrice d’études de l’EPHE (IMAF).

Année universitaire : 2021 / 2022
Périodicité : Le mercredi, de 14h à 17h
Localisation : 54 bd Raspail, salle AS1_15, 75006 Paris
Calendrier : Du 3 novembre 2021 au 25 mai 2022


Attention !
(En raison de la situation sanitaire) L’accès au séminaire est soumis à une demande de participation.
Le lien pour déposer votre demande sera affiché ici la semaine du 27 septembre 2021.


Présentation :

Depuis les années 1990, on assiste à la prolifération en Afrique de « nouveaux entrepreneurs religieux » : tradi-thérapeutes, « chasseurs urbains », néo-féticheurs et néo-chamanes, officiants de cultes de possession, « rasta soufis », pasteurs et prophètes d’obédience chrétienne, tous pleinement intégrés à l’économie marchande et présents sur les réseaux sociaux globaux. A la différence des experts d’antan, qui, en contexte rituel, manipulaient des réalités matérielles – plantes médicinales, objets-forts (« fétiches »), corps des novices lors de l’initiation –, ces nouveaux spécialistes manient des représentations, des simulacres qui renvoient à des originaux autrement difficiles d’accès car éloignés dans l’espace ou dans le temps. Bien qu’ancrés solidement dans la (post)modernité, ils sont nombreux à promouvoir un élan traditionaliste, en se réclamant d’un retour aux source dont les mises en scène (et en ligne) élaborées participent à la construction de soi de ces experts, qui parviennent par leur biais à s’inventer eux-mêmes, à transformer le monde.

Le séminaire de l’an passé a été consacré à l’analyse de leurs activités envisagées en parallèle avec de nouvelles formes de ritualisation qui se développent ailleurs (en Occident, en Asie, en Amazonie notamment). Loin d’avoir épuisé cette problématique, nous allons poursuive son étude pendant l’année à venir. Dans une première série des séances, nous nous pencherons sur quelques inventions rituelles dans l’Afrique d’aujourd’hui (mbiti, néo-chamanisme zulu, mouvement kamite, néo-fétichisme) jusqu’ici peu étudiées et que nous envisagerons dans leur articulation avec l’afrocentrisme et le panafricanisme au sein de l’espace transatlantique. Nous reviendrons aussi sur des cultes de possession (zar, bori, jinédon, etc.) nés en situation coloniale mais aujourd’hui en pleine expansion sur le continent. Les conférences seront ensuite consacrées aux mouvement religieux indigénistes et du type New Age qui se développent en Amérique du Sud ou en Asie. On s’intéressera enfin aux liens entre les nouvelles formes de ritualisation proliférant dans le sud global et les traditions ésotériques et initiatiques occidentales, dont la franc-maçonnerie, ainsi qu’à la religiosité et la ritualité soviétique. Ce détour par d’autres époques et d’autres lieux devrait permettre de mieux cerner les mécanismes et les modalités de l’émergence simultanée, au Sud du Sahara mais aussi dans plusieurs autres parties du globe, de mouvements néo-païens promouvant des constructions identitaires originales tant à l’échelle individuelle que nationale ou pan-régionale, notamment en contexte postcommuniste et postcolonial.


CONTACT :
akedzierskamanzon(at)gmail.com


PROGRAMME :
(à venir)