Accueil > Actualités > Appels

Pouvoir social et frontières raciales (post)coloniales : mondes indiens, arabes et occidentaux en Afrique

Appel à contributions

Dossier coordonné par Hélène Quashie (LARTES-IFAN, IMAF, ICM).


Présentation :

Ce dossier s’intéresse à la présence ancienne et renouvelée de réseaux d’acteurs liés aux souscontinents indien, arabe, européen et nord-américain en Afrique. De par leur historicité et leurs spécificités, ces réseaux peuvent constituer des « analyseurs » des sociétés locales. Ce dossier place ainsi le projecteur sur la manière dont les rapports de classe, de « race » et de genre, par-delà la variété des configurations, structurent, modifient ou repoussent des frontières entre l’Autre et Soi, impliquées dans les dynamiques sociales, économiques et politiques des sociétés africaines depuis la période coloniale. Il s’agit de dépasser les définitions de ces groupes sociaux, en déplaçant la focale sur les jeux de frontières de leurs réseaux et systèmes de relations (Poutignat, Streiff-Fenart, 1995), afin de rendre compte de leurs permanences et mutations.
L’étude en sciences sociales des mobilités et migrations liées à l’Afrique s’intéresse majoritairement à des flux de populations qui ont quitté ce continent pour gagner l’Europe ou l’Amérique du Nord (Quiminal, 1991 ; Ebin, 1993 ; Timera, 1996 ; Gueye, 2001 ; Tandian, 2007 ; Mary, 2010 ; Dia, 2015) ; ou aux mobilités africaines en transit et intracontinentales (Goldschmidt, 2002 ; Bredeloup, Pliez, 2005 ; Daum, Dougnon, 2009 ; Timera, 2011). Les pays africains sont alors appréhendés à l’aune de l’émigration économique, intellectuelle et politique. Depuis les années 2000, l’attractivité du continent africain dans les circulations Sud-Sud a favorisé l’étude de l’installation de nouveaux résidents, souvent de nationalité chinoise (Bredeloup, Bertoncello, 2006 ; Marfaing, Thiel, 2013 ; Rajaoson, 2013). Mais si ces travaux font valoir l’Afrique comme terre d’immigration, ils présentent des flux récents en provenance de « Suds » particuliers.
Or, ce continent accueille depuis des siècles des populations issues d’autres pays et régions du monde qui participent à l’organisation et à la structuration de ses sociétés. Cette présence reste paradoxalement sous-étudiée. Elle éclaire pourtant à nouveau frais les productions et négociations de l’altérité, les modes de socialisation et les logiques des systèmes économiques et politiques locaux. Ce dossier prend donc pour objet la pluralité des processus sociaux qu’induisent les dynamiques des réseaux d’acteurs liés aux sous-continents indien, arabe, européen et nord-américain en Afrique : ils se croisent, se distinguent et se côtoient de très longue date, questionnant différemment plusieurs facettes de la postcolonialité sur ce continent.
(...)


Calendrier :

- 6 décembre 2021 : Date limite de soumission des propositions (résumé d’une page en français ou en anglais) à helenemv.quashie@gmail.com / helene.quashie@free.fr
- 17 décembre 2021 : Notification aux auteur.es de l’acceptation ou du refus de leur proposition.

Pour plus d’information sur le format des articles à soumettre, voir ICI

AAC-fr_polaf
CFP-eng_polaf