Accueil > Recherche > Séminaires et ateliers

Penser les enfermements en Afrique : histoire et sciences sociales XIXè-XXIè siècles

Séminaire organisé par le projet de recherche ERC MaDAf "Governing Madness in Africa", Gina Aït Mehdi, Camille Evrard, Raphaël Gallien, Paul Marquis, Romain Tiquet

Année universitaire : 2022 / 2023
Localisation : Vieille-Charité, Centre de la Vieille-Charité, salle A, 2 rue de la Charité 13002 Marseille
Calendrier : Les 27-28 octobre 2022 (Marseille) et les 30-31 mars 2023 (Berlin)


Présentation :

Ce séminaire de recherche vise à réinvestir la notion « d’enfermement », en la reconsidérant dans toute son épaisseur et sa complexité à partir des réalités du continent africain. En incluant tout autant l’enfermement institutionnel que l’enfermement symbolique ou psychique, ces discussions souhaitent prendre en compte et analyser de nombreuses situations. Elles pourront concerner des espaces de confinement strictement délimités et identifiables, à l’image des hôpitaux (psychiatriques ou généraux), des camps (militaires, de travail forcé, de réfugiés, de rétention administrative, de quarantaine sanitaire), ou encore des postes frontières. Le séminaire s’intéressera également à des espaces d’enfermement plus « diffus », non nécessairement « fermés », mais constituant autant « d’espaces autres » d’abandon social, instigateurs de délimitations et de régulations (les espaces familiaux ou religieux, le quartier, la rue ou encore le monde du travail).

Aborder la notion d’enfermement au moyen d’approches disciplinaires croisées permettra de (re)nommer les formes de contrôle et de régulation du social en questionnant les « lieux de vie » de l’enfermement, la porosité entre « intérieurs » et « extérieurs » institutionnels, les contrastes entre rural et urbain, les négociations permanentes qui se jouent par une diversité d’acteur·trice·s dans des expériences plurielles d’enfermement. Ce séminaire permettra également de contribuer à une analyse sensible de l’enfermement, face à des espaces qui, au-delà de leur matérialité, sont souvent redoublés par une relégation symbolique et une « contention intérieure » qui prolongent dans certains cas la violence du confinement : la folie de la guerre et de ses mémoires plus ou moins transmissibles, le marqueur d’une souffrance mentale plus ou moins tolérée, l’ennui mortel d’un poste militaire isolé dans des marges invivables, le cloisonnement médical ou religieux qu’une société impose face à la maladie, voire l’auto-enfermement de personnes qui, même une fois officiellement libérées du regard médical, continuent de s’établir dans la proximité de l’hôpital – autant d’exemples qui ne sont pas exclusifs.

L’approche de longue durée adoptée favorisera le dialogue interdisciplinaire tout en réinterrogeant les charnières pré et post-coloniales sur l’ensemble du continent africain. Les croisements entre les échelles individuelles, familiales et institutionnelles, ainsi que les approches tant micro-historiques que comparatives et globales seront particulièrement discutées.


CONTACT :
romain.TIQUET@univ-amu.fr


PROGRAMME :

  • Jeudi 27 octobre 2022 « Enfermement et espaces sociaux de la folie »

 10h-10h30 accueil et Introduction

 10h30-12h30 Populations colonisées et transfert psychiatrique
Frederic Macia (Université de Lyon) : « L’enfermement des aliénés sénégalais embarqués vers l’asile Saint Pierre à Marseille »

Gaia Manetti (Université de Pise, Université de Genève) : « ’Un espace asilaire transméditerranéen’. Des hommes et des femmes transférés d’Algérie à l’Asile d’Aix-en-Provence (1852-1938) »

 14h30-16h30 La gestion des « indésirables »
Amira Yahioui (Université Paris Cité) : « ’Clinique de l’expulsion’ et paradoxes en Centre de Rétention Administrative »

Olivia Legrip (Laboratoire de recherche historique Rhônes-Alpes, Université de Lyon II) : « La folie dans la rue. L’enfermement des « indésirables » entre forces de l’ordre et institution religieuse à Madagascar »

 16h30-17h30 : Table ronde éthique et méthodologie (Gina Aït-Mehdi et Nancy Rose Hunt)

  • Vendredi 28 octobre 2022 « Expériences sociales de l’enfermement »

 10h-12h D’un camp à l’autre dans l’Algérie en guerre
Lydia Hadj-Ahmed (Institut des sciences sociales du politique, Université de Nanterre) : « Des fils barbelés et des camps en Algérie. Des enfants algériens claustrés pendant la guerre ? (1954-1962) »

Fabien Sacriste (Migrinter, Université de Poitiers) : « L’enfermement des populations algériennes dans les camps de regroupement : une "liberté" sous surveillance ? »

 14h-16h Reconfigurations et continuités de l’enfermement
Romain Tiquet (Centre Marc Bloch, Berlin) : « D’un camp pénal colonial à un village d’internement de lépreux : l’expérience sénégalais de Keur Malick Ndiaye »

Rubis Le Coq (Triangle, ENS Lyon) : « La mémoire de l’enfermement. Ebola et l’expérience des Centres de Traitement d’Ebola »

 16h-17h Table ronde conclusion/discussion (Gina Aït Mehdi, Camille Evrard, Raphaël Gallien, Mélanie Henry, Paul Marquis et Romain Tiquet)