Accueil > Actualités > Soutenances

Socio-anthropologie du phénomène des combattants dans la diaspora congolaise (RDC). Ingeta, Ainsi soit-il

Soutenance de thèse de Michel Kingolo Luzingu
Directeur de thèse : Rémy Bazenguissa Ganga
Le 3 mars 2020, 14h, Campus Condorcet, RCI 3, Bâtiment Recherche Sud, salle 4.122 (4e étage), 5 cours des Humanités 93300 Aubervilliers


Jury :

Michel Agier, EHESS
Rémy Bazenguissa Ganga (directeur de thèse), EHESS
Filip De Boeck, University of Leuven
Anne Le Naelou, Université Paris 1
Aggée Célestin Lomo Myazhiom, Université de Strasbourg
Albert Muluma Munanga (codirecteur), Université de Kinshasa


Résumé :

Le phénomène des Combattants dans la diaspora congolaise se révèle comme l’un des printemps chauds de l’histoire de la RDCONGO. Il traite de la réaction d’une diaspora devant l’absurdité de la guerre, de crises multiformes ainsi que de l’insécurité protéiforme dans une mère patrie taxée de scandale géologique à cause d’un sous-sol immensément riche, d’un écosystème diversifié et doté d’une exceptionnelle biodiversité, mais dont la population croupit dans l’indigence. Cette situation misérabiliste et paradoxale s’est traduite par une exaspération croissante qui a pris tout son sens dans la mobilisation des masses au sein de la diaspora qui intervient constamment, avec le fait des transferts d’argent. Depuis dix ans, la mobilisation des Combattants au sein de la communauté congolaise à l’étranger a marqué son empreinte dans les cinq continents. L’aspect visible de la mobilisation soudaine de cette communauté, internationale et originale par sa forme, n’a pas manqué de surprendre. Motivée par ce constat empirique, cette étude analyse ce phénomène inédit dans l’histoire de la République démocratique du Congo, dans la mesure où il met en jeu de nouvelles formes de mobilisations et de contestations qui, à notre avis, constituent une forme originale d’un mouvement contestataire à l’heure de la globalisation. L’étude analyse la mobilisation des Combattants par le prisme de la grille des nouveaux mouvements sociaux transnationaux ou des mouvements altermondialistes. De prime abord, elle propose ainsi un cadre de réflexion et développe une analyse rigoureuse du phénomène des Combattants : comprendre sa morphologie : sa structuration, son mode de fonctionnement, ses stratégies de militance, ses effets, ses causes et sa portée ; ensuite, elle rend compte du contenu de leur mobilisation dont quelques aspects touchent la question de l’humanité, de la dignité, de l’identité « Afropéenne » ou Afro- occidentale, de l’Ubuntu, des antagonismes, de la violence, de la dimension religieuse et de la responsabilité pour les générations futures. Elle saisit enfin à partir des perspectives élaborées par les membres de la diaspora africaine, comment les pratiques de la mobilisation transnationale participent concrètement à la construction du monde commun et dynamique autour des nouveaux acteurs dits « Afropéens » ou afro-occidentaux. Tout cela a permis, ensuite, à faire une lecture analytique de la mobilisation des Combattants à la lumière de théories et caractéristiques des NMST lorsque ces dernières se confrontent à la question des relations transnationales.


Mots clés :

La sociologie des migrants, la sociologie des mouvements sociaux, les mouvements contestataires à l’heure de la globalisation, les Combattants de la diaspora congolaise, mutakalisation, Ingeta, l’identité « Afropéen » ou identité afro-occidentale, mouvements des Combattants, les nouveaux mouvements sociaux transnationaux, les mouvements altermondialistes, exo-politique, relation transnationale, la diaspora congolaise, la contestation transnationale.