IMAF - Institut des mondes africains


Accueil > Actualités > Ailleurs

Les couleurs dans les arts d’Afrique. De la Préhistoire à nos jours

Parution d’ouvrage sous la direction de Manuel Gutierrez, Mathilde Buratti, Manuel Valentin et Michèle Ballinger .
Préface de Marcel Otte.

Présentation :
Quelle importance les sociétés anciennes et actuelles attribuent-elles à la couleur ? Dans les productions artistiques du continent africain,le blanc, le
jaune, le rouge, le bleu et le noir sont parmi les couleurs qui reviennent le plus souvent. Pourtant, chacune d’entre elles recèle une histoire dont certains
épisodes peuvent encore se lire à travers les matières et les substances qui ont servi à les faire naître.Les différents articles qui composent cet ouvrage se présentent comme des expériences méthodologiques ouvertes à de nombreux champs disciplinaires. Se côtoient ainsi des exemples aussi divers que des peintures rupestres, des statuettes et des masques traditionnels, des perles en pâte de verre, des feux de signalisation urbaine, des tissus teints à l’indigo. Le résultat : une invitation à regarder la couleur autrement, avec sa richesse culturelle.

Manuel Gutierrez est maître de conférences (HDR), Université Paris-I -Panthéon-Sorbonne, et membre de l’"Équipe d’ethnologie préhistorique" - UMR 7041 - CNRS. Il est porteur du projet Les couleurs dans les créations africaines. De la Préhistoire à nos jours.

Michèle Ballinger est ingénieure de recherches au sein de I’"Équipe d’ethnologie préhistorique" - UMR 7011 - CNRS.

Manuel Valentin est maître de conférences, UMR 208 "Patrimoines locaux (IRD/MNHN), département "Hommes, natures et sociétés", musée de l’Homme.

Mathilde Buratti est doctorante, Université Parjs-I -Panthéon-Sorbonne, et membre de l’"Équipe d’ethnologre préhistorique" - UMR 7041 - CNRS.

Commentaires de Manuel Gutierrez :
Le livre est la publication des communications présentées lors d’une table ronde organisée au Centre Panthéon de l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne en octobre 2015 intitulée Les couleurs dans les créations artistiques africaines de la Préhistoire à nos jours. Recherche qui s’inscrit dans la thématique intitulée « Confluences » des projets HeSam 2015-2016.

L’un des enjeux principaux de notre démarche était de faire état d’une multiplicité de situations dans lesquelles la couleur intervient comme le fruit d’une production et d’une manipulation individuelle et collective.
Des sujets comme la perception des couleurs au temps de la Préhistoire, ou l’utilisation des pigments pour une utilisation corporelle ou rupestre ont été abordés. Certaines approches demandent des moyens techniques de laboratoire tandis que les études qui s’appuient sur les productions matérielles plus récentes relevant de collections ethnographiques et des arts contemporains révèlent des lacunes concernant les significations et les critères de choix des couleurs utilisées. L’analyse des pigments à travers des micro-prélèvements est l’une des solutions pour pénétrer l’intimité des couleurs, mais des approches non destructives sont également accessibles de nos jours. Ce projet de recherche est donc largement ouvert aux laboratoires spécialisés dans ce type de démarche. La recherche sur des manifestations artistiques récentes dans lesquelles les couleurs jouent un rôle important n’échappait pas non plus à nos intentions.
Des aspects comme la vivacité, la brillance ou encore la luminosité qui sont peut-être les qualités qui caractérisent le mieux la pertinence des choix des couleurs en Afrique font aussi partie de cette publication. Au-delà des spécificités propres des peintures rupestres, des perles, des statues et des masques, mais aussi des vêtements ou des ustensiles ménagers, des constantes apparaissent : on retiendra par exemple une diversité extrême et en constante évolution des procédés permettant d’obtenir de la couleur.
À travers la publication des Actes de la table ronde sur les couleurs en Afrique les auteurs souhaitent rendre accessibles leurs recherches respectives à un public plus large que celui des spécialistes. Ils espèrent ainsi susciter d’autres approches sur cet aspect particulier des créations artistiques des populations anciennes et actuelles du continent africain.
Comprendre les expressions symboliques de la couleur en Afrique demeure un aspect essentiel de la recherche que l’on ne peut dissocier de l’étude des matières et des matériaux et des supports également porteurs de sens.

Les couleurs dans les arts d’Afrique