Accueil > Actualités > Ailleurs

Anthropologie et tourisme Horizons critiques

Colloque international

Quand :
Jeudi 24 et vendredi 25 mai 2018

Où :
Musée du quai Branly – Jacques Chirac
Salle de cinéma
37 Quai Branly
75007 Paris

En français et anglais avec traduction simultanée

Depuis un siècle, les anthropologues ont tenu à se distinguer des touristes en opposant la production d’un savoir scientifique sur les cultures à l’expérience sensorielle de l’exotisme. Pourtant, depuis une trentaine d’années, le tourisme s’est professionnalisé en reprenant des catégories anthropologiques pour construire une distance culturelle et susciter le désir de la franchir, tandis que les populations visitées par les touristes ont elles-mêmes participé à leur « mise en culture ». Dans ces nouvelles conditions de brouillage des frontières spatiales produites par la mondialisation, où de nouveaux acteurs entrent dans le champ grandissant du tourisme, les anthropologues sont sollicités par les professionnels du tourisme pour produire de la distance culturelle, tout en observant les rencontres avec les populations qui s’y engagent.

Quelles formes de distance, de malentendu et de résistance émergent dans ces interactions entre groupes autochtones, professionnels du tourisme et anthropologues ? Comment peuvent-elles définir de nouveaux terrains pour l’enquête anthropologique ? Et en quoi les nouvelles façons de faire de l’anthropologie peuvent-elles fournir de nouveaux sites à explorer pour les professionnels du tourisme ? Quels bénéfices les groupes autochtones peuvent-ils enfin tirer de cette nouvelle configuration ?

Ce colloque, organisé à l’occasion de l’exposition « Le Magasin des petits explorateurs », vise à faire dialoguer anthropologues, professionnels du tourisme et représentants des groupes autochtones ainsi que des artistes contemporains autour des sites actuels de rencontre de l’exotisme. Les technologies du numérique redéfinissent la contribution des groupes autochtones aux festivals et aux spectacles télévisés. Les musées, les quartiers multiculturels des villes et les parcs à thème deviennent des lieux de découverte du lointain dans le proche. La circulation des objets sur le marché de l’art conduit les groupes autochtones à produire des œuvres pour les touristes tout en veillant à leurs droits de propriété intellectuelle.

Il s’agira ainsi de voir comment les productions touristiques contribuent à fabriquer des formes et des valeurs culturelles dans un contexte de mondialisation marchande, où la rencontre sensorielle est valorisée autant, voire plus, que le savoir sur la diversité humaine. Cette tension peut en effet être considérée comme interne à une anthropologie du tourisme qui étudie à la fois la construction des cultures et les interactions entre les individus sur des terrains nouveaux et diversifiés.

Presentation (English)

In the last century, anthropologists have distinguished themselves from tourists, opposing the production of scientific knowledge and the sensory experience of exoticism. However, for the last thirty years, tourism has been professionalized, borrowing categories from anthropologists in order to build a cultural distance while stimulating the desire to bridge this distance. In the meantime, indigenous groups visited by tourists have participated to their representation as exotic cultures. In these new conditions of blurring of spatial frontiers, where new actors enter the growing field of tourism, anthropologists are called by professionals of tourism to produce cultural distance, and can observe the populations who are engaged in this production.

What kind of distance, resistance and misunderstanding emerge in these encounters between indigenous groups, tourism professionals and anthropologists ? How can they offer new sites of investigation for anthropologists ? And how do new forms of anthropology create new venues to explore for tourism professionals ? What are the benefits of this new configuration for indigenous groups ?

This conference, organized for the opening of the exhibition « Le Magasin des petits explorateurs », aims at creating a dialogue between anthropologists, tourism professionals, indigenous groups as well as contemporary artists on the current sites where exoticism is encountered. Digital technologies redefine the role of indigenous groups in festivals and TV shows. Museums, multicultural cities and theme parks become sites for the encounter of exoticism at a short distance. The circulation of objects in the art market leads indigenous groups to conceive forms of tourist art while defending rights of intellectual property.

This conference will examine how productions for tourism contribute to making cultural forms and values in a context of commodities globalization where the sensory encounter is valorized as well as, or even more than, knowledge about human diversity. This tension between the construction of cultures and the interactions between individuals can be situated at the center of anthropology of tourism, attentive to the new sites of this growing field.

PROGRAMME :

Jeudi 24 mai

- 9h30 Mot de bienvenue : Frédéric Keck (musée du quai Branly – Jacques Chirac)

- 9h40 Introduction : Aurélie Condevaux (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Institut de Recherche et d’Etudes Supérieures du Tourisme) & Frédéric Keck (musée du quai Branly – Jacques Chirac)

Anthropologues, explorateurs et touristes
Modérateur : Frédéric Keck

- 10h Nelson H. H. Graburn (University of California, Berkeley)
Anthropologie, altérité et peuples autochtones dans le tourisme

- 10h30 Anke Tonnaer (Radboud University, Pays-Bas)
De "Blackfella sauvage" à "Friendly people" : le tourisme comme miroir pour les récits changeants de soi et de l’Autre dans une communauté autochtone australienne

- 11h – 11h15 pause-café

- 11h15 Anne Doquet (IRD/IMAF, Paris)
L’anthropologue dans l’arène touristique

- 11h45 Julien Bondaz (Université Lumière Lyon 2, Lyon)
Les randonnées d’Henri Lhote. Exploration, ethnologie et tourisme saharien (1925-1950)

- 12h15 Discussion avec le public

- 13h Pause

Nouvelles technologies, nouveaux medias, nouvelles sensations
Modérateur : Julien Clément (musée du quai Branly – Jacques Chirac)

- 14h30 Rupert Stasch (University of Cambridge)
« Une nouvelle façon de présenter l’anthropologie à la télévision » : exotisme, histoire et public dans une série de la BBC sur un explorateur parmi les Korowai de Papouasie

- 15h Marco Garcia de Teresa (Isis/EHESS, Paris)
Autorité scientifique et authenticité ethnique : Tourisme et hallucinations à Huautla de Jiménez (Mexique)

- 15h30 - 15h45 pause-café

- 15h45 Altaïr Despres (Marie Curie, Paris)
« Why are you into White women ? ». Réflexions sur les transformations de l’intimité en contexte touristique à Zanzibar

- 16h15 George Paul Meiu (Harvard University, Boston)
Économies ethno-érotiques et appartenance postcoloniale au Kenya

- 16h45 – 17h15 Discussion avec le public

Les professionnels du tourisme

- 17h15 – 18h15 Table Ronde
Eric Bonnem (Secret Planet), Fabrice del Taglia (Nomade Aventure), Franck Desplanques (France 2, Retour en terre inconnue), Aurélie Condeveaux (anthropologue, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/IREST )

Vendredi 25 mai

Déplacer les territoires

Modérateur : Vincent Guigueno (musée du quai Branly – Jacques Chirac, Paris)

- 9h30 Keri-Anne Wikitera (Auckland University of Technology, Nouvelle Zelande)
Une maison de réunion maorie : « pour l’amour de Hinemihi »

- 10h Saskia Cousin (Canthel, Université Paris Descartes, Paris)
Economies de l’altérité en terrain proche. Le cas du programme européen MyGrandTour.

- 10h30 -10h45 Pause-café

- 10h45 Magnus Fiskesjö (Cornell University, New York)
L’exotisme at-il un avenir ? Réflexions sur le tourisme primitif en Asie

- 11h15 Jonas Tinius (CARMAH/HU, Berlin)
Médiatiser le « Wanderlust » : exotisme et exploration dans le Public Humboldt Forum

- 11h45 Discussion avec le public

- 12h45 Pause

De l’art pour les touristes

Modérateur : Nicolas Garnier (musée du quai Branly – Jacques Chirac, Paris)

- 14h30 Haidy Geismar (University College, Londres)
Consommer le volcan : propriété et convenance dans le cinéma et le tourisme en Ambrym

- 15h Eric Silverman (Brandeis University, Boston)
L’art touristique, eBay et l’authenticité : tradition et changement dans l’esthétique de la rivière Sepik

- 15h30-15h45 Pause-café

- 15h45 Nicolas Garnier (musée du quai Branly – Jacques Chirac, Paris)

- 16h15 Julie Cayla (LESC, Université Paris Nanterre, Paris)
Manipulations et considérations des œuvres d’art africain au Burkina Faso : des acteurs urbains partent en quête de leurs origines rurales

- 16h45 Discussion avec le public

- 17h30 Projection :
Cannibal Tours, 1988, 1h10, Australie, réalisé par Dennis O’Rourke

Public : Chercheurs, étudiants
Gratuit (dans la limite des places disponibles)

En savoir plus