Accueil > Actualités > Séminaires

Les arts en Afrique et dans ses diasporas : pratiques, savoirs, mobilités

Séance du 7 février 2019, 19h30 à 21h30
Cité internationale des arts, 18 rue de l’Hôtel de Ville, 75004 Paris (auditorium)

- Moïse Touré, metteur en scène, concepteur de projets
« 2147, et si l’Afrique disparaissait ? Esquisse d’une réflexion sur la pensée extraoccidentale : du politique au poétique par la scène. »

Moïse Touré crée la Compagnie Les Inachevés, de 1984 à 1988, à Grenoble, dans le quartier de la Villeneuve. Voyageur, rassembleur, il multiplie les collaborations artistiques à travers le monde (Mali, Madagascar, Brésil, Bolivie, Caraïbes, Japon, Etats-Unis...). Il sera notamment artiste associé à la scène nationale de Guadeloupe où il créera les bases d’un répertoire dramatique en langue créole, et à Bonlieu Scène Nationale d’Annecy. En 2012, il crée l’Académie des savoirs et des pratiques artistiques partagées (intergénérationnelles) avec, pour premier acte fondateur, la mise en oeuvre du projet Trilogie pour un dialogue des continents : Europe (France) / Afrique (Burkina Faso) / Asie (Vietnam). Parmi ses plus récentes expériences et créations : la Minute de silence (2003-2007) de Claude-Henri Buffard autour de la question de la mémoire ; Paysage après la pluie II (2005) au Théâtre de l’Odéon ; Pawana (2009) de JMG Le Clézio à Sao Paulo en collaboration avec Georges Lavaudant dont il est devenu, depuis, le collaborateur artistique ; de 2009 à 2011, quatre pièces de Bernard Koltès (La Nuit juste avant les forêts, Tabataba, Quai Ouest, Dans la solitude des champs de coton) à Annecy, Grenoble, Paris, au Mali, au Burkina-Faso au Brésil, en Bolivie, au Japon ; de 2011 à 2014, une trilogie Duras sur trois continents ; en 2016, « Utopies urbaines – citoyen acteur », un dispositif artistique déployé sur deux ans autour de Grenoble. En 2017, il clôt le programme Promesse Factory mené sur plusieurs mois avec des femmes en collaboration avec Bonlieu, scène nationale d’Annecy, et a créé en 2018 le second volet de 2147, l’Afrique (2007) intitulé 2147, et si l’Afrique disparaissait, avec des danseurs, acteurs et musiciens africains, en collaboration avec le chorégraphe Jean-Claude Gallotta et la chanteuse Rokia Traoré.

Résumé :
L’Afrique ? Disparaître ? Impossible... Pourtant, en 2004, l’ONU annonçait que l’Afrique n’atteindrait pas l’objectif de réduction de moitié de la pauvreté avant 2147. Aujourd’hui, Moïse Touré transforme cette cynique prophétie en énergie de vie.
« En 2147, nous serons tous africains » et pour mieux nous en convaincre, Moïse Touré convie la musique de Rokia Traoré, la chorégraphie de Jean-Claude Gallotta, les costumes d’Abdoulaye Konaté. Les mots inédits de Dieudonné Niangouna, Aristide Tarnagda, Odile Sankara, Hubert Colas, Alain Béhar, Jacques Serena, Claude-Henri Buffard et Fatou Sy nous parlent de l’exil, de l’identité, du commerce mondialisé, de l’espoir et du droit que nous avons tous « à rêver notre rêve ». Tous réunis afin d’offrir « une réponse poétique au devenir du monde ».

En savoir plus sur le séminaire