Accueil > Actualités > Soutenances

La trace de Dieu. Une anthropologie des régimes d’orthodoxie au Mali

Soutenance de thèse de Pierre Prud’homme
Sous la double direction de Jacky Bouju et Gilles Holder
Le 25 novembre 2016, à 13h30 à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH), 5 rue du Château de l’Horloge, 13100 Aix-en-Provence, salle 101 (1er étage).

Jury :
- Jacky Bouju, anthropologue, maitre de conférences HDR, Aix-Marseille Université (co-directeur)
- Jean-Paul Colleyn, anthropologue, directeur d’études, EHESS (rapporteur)
- Baudouin Dupret, politologue, directeur de recherche, CNRS
(rapporteur)
- Gilles Holder, anthropologue, chargé de recherche, IMAF, CNRS (co-directeur)
- Nathalie Luca, anthropologue, directrice de recherche, CNRS

Résumé :
Survenue entre 2012 et 2013, la « crise malienne » connut de multiples aspects. Plusieurs mouvements armés, certains indépendantistes, d’autres djihadistes, parvinrent en quelques semaines à prendre le contrôle des trois régions du Nord du pays. La mise en déroute et la colère de l’armée malienne entrainèrent rapidement un coup d’État, suivi d’une période de retour à l’ordre constitutionnel mis en place par un pouvoir transitoire rendu aux civils. En parallèle, début 2013, une tentative de percée vers le Sud déclencha l’intervention immédiate de l’armée française, accompagnée d’une série d’initiatives diplomatiques afin d’enrayer à court et à moyen terme l’influence du djihadisme, dans le cadre d’une « lutte contre le terrorisme » islamique.

Au-delà de l’immédiateté de l’événement, cette thèse cherche à cerner la dimension religieuse durant cette période, notamment l’impact de ces événements sur la sphère religieuse de la capitale. A Bamako, les associations islamiques s’inscrivent dans un champ relativement conflictuel longtemps polarisé entre « soufisme » et « wahhabisme ». Beaucoup s’accordent à dire que ces termes sont à déconstruire : c’est ici ce que je tenterai de faire en développant le concept de « régime d’orthodoxie ». Un « régime d’orthodoxie », c’est ce « bricolage » donnant lieu à un nouveau mouvement religieux qui finit par s’inscrire, nolens volens, dans le cas malien, au sein de cette polarité.

Pour autant, cette dernière n’en est pas moins performative, et se voit reconduite durant cette période. Aux yeux de bien des observateurs, la sphère « wahhabite » possède bien des affinités avec les idéologies djihadistes, et nécessite une certaine vigilance. La sphère « soufie », quant à elle, présente pour les institutions internationales de nombreux atouts qui leur vaut le label d’« islam modéré ». La « trace de Dieu », c’est la marque (corporelle, vestimentaire, discursive) qui permet à l’observateur d’identifier l’appartenance de tel acteur à telle tendance, et d’en mesurer la radicalité, ou plus généralement l’intention. C’est l’indicateur sur lequel se repose le diagnostic qui nourrit, à terme, ce qu’on pourra appeler une « raison sécuritaire ».

Mots-clés :
Associations islamiques, crise malienne, Religion et politique, diplomatie, Bamako.

Sommaire :

- INTRODUCTION
CHAPITRE I : « LES DEUX BOUTS DE LA CHAINE »
ÉLEMENTS POUR UNE ETHNOGRAPHIE DES TRACES DE DIEU

- PARTIE I ISLAM, ETAT ET POUVOIRS EN REPUBLIQUE DU MALI
CHAPITRE II : « CONFORMEMENT AUX PRESCRIPTIONS DIVINES... ET AUX DISPOSITIONS DE LA LOI »
LES ASSOCIATIONS ISLAMIQUES EN REPUBLIQUE DU MALI
CHAPITRE III : « SORTIR LES MUSULMANS DES MOSQUEES »
NORMES MORALES ET NORMES PRATIQUES DE LA REFORME

- PARTIE II : LES REGIMES D’ORTHODOXIE
CHAPITRE IV
LES AVATARS DU SOUFISME DANS LA CAPITALE
CHAPITRE V
ESQUISSE D’UNE THEORIE DES REGIMES D’ORTHODOXIE

- PARTIE III LA POLITIQUE DES TRACES
CHAPITRE VI : « LA FRANCE EST PARTIE, LE CHAPELET EST RESTE »

LA CIRCULATION DES TRACES DE DIEU
CHAPITRE VII : « N’AYEZ CRAINTE, JE NE SUIS QU’UN WAHHABITE ! »

SAVOIRS ET POUVOIRS DE LA RAISON SECURITAIRE

- CONCLUSION