Accueil > Actualités > Séminaires

Anthropologie comparative du Sahel occidental musulman

Séance du 20 mars 2019, 15h à 17h
IMAF / Site Raspail, salle de réunion, 2e étage, 96 bd Raspail 75006 Paris

- Delphine Sall (LESC, Paris Nanterre),
« Le mariage ce n’est pas la mer à boire, seulement la belle-mère à avaler » . De l’autorité dans les maisons Wolofs
Résumé :
Dans le monde wolof, après la célébration religieuse du mariage, la cérémonie d’entrée en résidence (ceyt) ritualise l’arrivée de l’épouse dans une nouvelle maison, un nouveau monde de femmes qui lui sont de principe hostiles et qu’elle va devoir conquérir. L’ethnographie de plusieurs maisons à Kayar, ville au Nord de Dakar, permet d’observer un monde féminin indépendant et hiérarchisé dont les hommes sont remarquablement absents. Partis en migration pour la plupart, ceux qui restent sont chassés en dehors des maisons dans la journée par la présence des femmes. Pourtant la plupart des maisons sont associées au nom des hommes, ou surtout d’un homme, le maître de maison (boroom kër) qui, bien qu’absent la plupart du temps, est censé contrôler tout. Pour les femmes, la maison wolof (kër) est un monde féminin à la tête duquel la belle-mère organise, arbitre, et parfois maltraite ses brus. Pour les hommes, la maison est la résidence d’un patrilignage sous l’autorité de l’homme le plus âgé de la maison. En contrastant les autorités dans la maison, nous chercherons à comprendre l’organisation interne d’une maison wolof. Ceci nous permettra d’aborder autant la question des rapports hommes/femmes que celle des rapports d’âge et d’affinité entre femmes.

En savoir plus sur le séminaire