IMAF - Institut des mondes africains


Accueil > Publications > Ouvrages

Bamako. Urbanisation d’une communauté africaine

Claude Meillassoux, Editions de Tombouctou, avec le concours de l’IRD et de l’IMAF, Bamako, 2015, 183 p.
Préface de Jean Copans ; introduction par Moussa Sow et Jean-Paul Colleyn.

Cet ouvrage qui était inédit en français est le fruit d’une enquête de terrain sur les « associations volontaires urbaines de Bamako » menée en 1962-1963 par Claude Meillassoux grâce à une bourse de la National Foundation américaine. Il permet de mesurer la transformation spectaculaire de la ville de Bamako qui, de siège d’une petite chefferie précoloniale alliée au royaume de Ségou, passa au rang de capitale du Haut-Sénégal-Niger en 1908, puis du Soudan Français en 1920 et, enfin, en 1960 à celui de capitale de la république indépendante du Mali. C’est peu après l’avènement en 1960 de Modibo Keita comme chef d’Etat indépendant que Meillassoux arrive à Bamako, une ville qui allait connaître un essor démographique extraordinaire : entre 1908 et 1960, la population de Bamako avait déjà été multipliée par vingt, mais aujourd’hui, la ville compte deux millions d’habitants et est devenue une grande métropole régionale. Bamako doit son importance à son rôle de courroie de transmission entre le trafic ferroviaire depuis Dakar, le transport fluvial et le trafic routier vers la côte d’Ivoire, mais aussi au rôle qu’elle joua dans la vie politique de la sous-région. Malgré la très forte densité démographique de la ville, Claude Meillassoux notait que, loin de ressembler à un bidonville, elle « avait plutôt l’apparence d’un immense village, tracé au cordeau selon un modèle moderne », et cette réflexion reste valable aujourd’hui. Lors de son enquête, les quartiers de Bamako connaissaient encore une vie quasi villageoise et les associations volontaires qui faisaient partie intégrante du système social des peuples de la région y étaient encore bien vivaces. La présente édition de ce témoignage unique sur le Bamako des années 60 contribuera à restituer aux Bamakois et à tous les Maliens une partie de leur mémoire sociale.

Claude Meillassoux (1925-2005)
Economiste, anthropologue engagé, Claude Meillassoux est considéré comme le fondateur de l’anthropologie économique en France. Ses nombreux travaux et ouvrages ont été traduits dans une dizaine de langues. Il est l’auteur du chef-d’oeuvre L’anthropologie de l’esclavage : le ventre de fer et d’argent (1986).