IMAF - Institut des mondes africains


Accueil > Actualités > Appels

Travail, coercition et droits. Esclavage local dans une perspective globale

Appel à communications

École d’été PSL, en collaboration avec l’OIT
À Paris, du 13 au 16 juin 2017

De nos jours, la persistance du travail forcé dans de nombreuses régions du monde, notamment en Afrique et dans les mondes de l’océan indien, mais aussi en Asie et, dans une certaine mesure, dans l’ensemble des pays du nord, reflète les façons complexes dont le colonialisme et le capitalisme mondial ont interagi avec les changements en cours dans ces régions, produisant une mosaïque de régimes de travail différents. Même à ce jour, la demande de main-d’œuvre coercible contribue à la traite des personnes vulnérables. L’Organisation Internationale du Travail estime qu’il y avait 21 millions d’hommes, de femmes et d’enfants travaillant dans des conditions de travail forcé aussi récemment qu’en 2012, 73% se trouvant en Afrique et dans les mondes de l’océan indien. Aujourd’hui, sur environ 700.000 à 2.400.000 personnes victimes de la traite chaque année à travers les frontières internationales, 88% sont des femmes et des enfants.

Plus de deux siècles après la déclaration universelle des droits de l’homme, les révolutions française et américaine, puis les abolitions officielles et progressives de l’esclavage dans le
monde au 20ème siècle, et en dépit de la charte universelle des droits de l’homme de l’ONU, la servitude et la traite sont encore largement répandus dans le monde entier. Pourquoi en est-il ainsi ?

En entreprenant un réexamen radical des formes historiques de travail, la façon dont ils ont été définis et comment ils ont été pratiqués, nous envisageons d’analyser :
- la relation entre les dynamiques du marché et les formes de coercition dans diverses régions du monde

- les différentes façons dont les hommes, les femmes et les enfants réduits en esclavage ont résisté au travail forcé.

- l’impact et les limites des organisations internationales, des institutions juridiques, et de l’émergent droit international des travailleurs et des droits humains.

Cette école d’été s’adresse aux doctorants concernés par ces sujets. Des chercheurs travaillant dans le domaine, des analystes experts de l’OIT et des ONG conduiront les discussions et les étudiants seront invités à présenter leurs projets en cours.

Les étudiants sélectionnés seront entièrement pris en charge par l’Université PSL projet « Études Globales ».

Le projet « Études Globales » est un axe fondateur du programme de recherches international à l’Université PSL Research University, communauté de 25 universités parisiennes, Centres de recherche et instituts (parmi lesquels le Collège de France, ENS, EPHE, EHESS, EFEO, Paris Dauphine, Mines ParisTech, CNRS).

Voir le site

Coordinateurs de l’école d’été :
Choukri Hmed, PSL Université Paris-Dauphine
Koen Compier, OIT Delhi
Alessandro Stanziani, EHESS-CNRS-PSL Paris

Les candidatures doivent comporter :
- CV
- Résumé de la thèse
- Résumé et titre de la communication présentée.

Les candidatures doivent être envoyées à :
chan.langaret@ehess.fr

Date limite : 30 novembre 2016