Accueil > Recherche > Archives des séminaires > 2015-2016

Atelier « La danse comme objet anthropologique »

Atelier co-animé par Michael Houseman (EPHE / IMAF) et Georgiana Wierre-Gore (ACTé, EA 4281, Université Blaise Pascal-Clermont-Ferrand 2).

Année universitaire : 2015 / 2016
Périodicité : Atelier mensuel, le jeudi : 9h30-12h / 13h-15h30 / 16h-17h
Localisation : CNRS d’Ivry : Salle A, 27 rue Paul Bert, 94204 Ivry-sur-Seine
Calendrier : 8 octobre, 12 novembre, 10 décembre 2015, 7 janvier, 11 février, 17 mars, 7 avril, 12 mai, 16 juin 2016

Présentation :
Nous organisons pour la onzième année consécutive un atelier consacré à l’anthropologie de la danse, domaine émergent au sein de la discipline. Cet atelier prendra la forme d’une série de journées d’études mensuelles consacrées chaque fois à plusieurs présentations suivies de discussions, demandes de précisions, suggestions, spéculations, etc.
Cet atelier est conçu comme foncièrement exploratoire. Il ne porte pas sur un thème précis, mais s’interroge, à partir de l’analyse de cas particuliers, sur la danse « en général ». Les participants seront ainsi invités à tirer profit de travaux très variés, à différentes étapes d’achèvement, pour faire avancer leurs propres recherches et pour mener une réflexion collective sur les outils conceptuels adéquats à l’analyse anthropologique de cet objet hautement évocateur, mais dont les contours restent incertains. Une écoute généreuse ainsi qu’un enthousiasme tempéré par la politesse seront évidemment de rigueur.
Afin de s’ouvrir autant que possible aux apports éventuels d’une approche anthropologique (sans toutefois exclure les contributions de l’histoire, de l’esthétique, etc.), la pratique de la danse sera envisagée simultanément de deux points de vue virtuellement contradictoires : comme instrument herméneutique débouchant sur un certain nombre de problématiques générales (pratiques corporelles, construction identitaire, performance rituelle ou artistique, etc.) et comme phénomène spécifique, dont les propriétés distinctives – mais alors il conviendra de les préciser – incitent à l’étudier pour lui-même.

Participation :
Ces journées d’études sont ouvertes aux enseignants-chercheurs, chercheurs, post-docs et étudiants à partir du niveau M2.
Dans la mesure où il s’agit d’un atelier, la participation régulière est en principe obligatoire, en particulier pour les intervenants. Il n’y a pas de doute qu’il est beaucoup plus productif de se retrouver régulièrement avec les mêmes personnes que de voir la plupart des visages changer à chaque fois. Des absences exceptionnelles sont évidemment envisageables (mission, participation à un colloque, etc.) à condition d’être annoncées à l’avance. Par contre, si un intervenant prévu dans le calendrier s’absente pendant 2 ou 3 ateliers successifs il sera considéré comme ayant cédé sa place à quelqu’un d’autre.

L’atelier est intégré au Master ou parcours de Master « Ethnomusicologie et anthropologie de la danse – EMAD » (délivrés respectivement par les universités Blaise Pascal Clermont-Ferrand 2 et Paris Ouest Nanterre en partenariat). En tant que séminaire d’encadrement obligatoire, il accueillera les étudiants EMAD en anthropologie de la danse de M2 et, au second semestre seulement, les étudiants EMAD en ethnomusicologie de M2.

Déroulement de l’atelier :
Les horaires de ces journées sont :
- 09h30-12h00 : Présentation : 45 minutes à une heure maximum + discussion
- 13h00-15h30 : Présentation : 45 minutes à une heure maximum + discussion
- 16h00-17h00 : Propos théorique : 10 minutes maximum + discussion

Présentations. Il ne s’agit pas de présentations formelles de travaux aboutis. Elles doivent au contraire servir d’entrée en matière pour une discussion autour d’une recherche en cours, qui provoque, chez le chercheur (comme chez ses auditeurs), un questionnement d’un type particulier. Chaque présentation devra donc comporter une visée, énoncée dès le début de la présentation, qui orientera la réflexion collective. Chaque présentation fera l’objet d’une distribution préalable (par Internet) de quelques pages exposant l’argument et/ou des éléments contextuels. Il est attendu que les présentations se fassent selon des modalités multiples (pratique dansée ou autre par l’intervenant/les participants, mise en situation/scène des participants, participation à des entretiens, etc.) et non seulement sous les formes conventionnelles (allocution avec support audiovisuel). On peut facilement pousser les tables pour faire de la place.

Propos théoriques. Il s’agit d’une réflexion collective sur un thème plus large. Le(s) thème(s) pour l’année sera/seront décidé(s) lors de la réunion de rentrée. Afin de ne pas démarrer la discussion sans support d’aucune sorte, une personne est à chaque fois invitée à préparer à l’avance un petit topo introductif de 10 minutes présentant sa propre argumentation/position sur la question.

Contacts :
Michael Houseman (jmichaelhouseman@gmail.com), Georgiana Wierre-Gore (Georgiana.Wierre-Gore@univ-bpclermont.fr) et Marie-Pierre Gibert (marie-pierre.gibert@wanadoo.fr).

Atelier-danse_calendrier_2015-16